Municipales 2014 : accusée de donner trop de place au FN, BFM TV se défend

le
0
Marine Le Pen répondant à des journalistes.
Marine Le Pen répondant à des journalistes.

Entre le 10 février et le 7 mars, le FN a eu 15,05 % du temps de parole de l'ensemble des partis politiques sur i>Télé. Il en a comptabilisé 19,04 % sur LCI. Et... 42,98 % sur BFMTV. Soit 23 minutes de temps de parole contre 11 minutes pour les deux chaînes d'information précédemment citées, note le CSA.

Accusé de faire la part belle au FN, le directeur de l'information de BFM TV, Hervé Béroud, s'est défendu dans une interview à 20 Minutes. Il explique que le CSA n'a communiqué que les relevés de temps de parole des représentants des partis s'exprimant sur les enjeux nationaux des élections municipales. Et le chiffre élevé obtenu par le FN s'expliquerait par le temps d'antenne consacré aux cafouillages des listes FN, comme les candidats engagés malgré eux en Seine-Maritime.

"Le sujet traité relevait du national et on a fait réagir Marine Le Pen et Florian Philippot pour s'expliquer sur une affaire qui les mettait en difficulté", se défend Hervé Béroud, qui ajoute qu'il s'agit d'un chiffre partiel.

Trop d'UMP sur i>Télé

BFM TV n'est pas la seule chaîne à avoir des temps de parole à homogénéiser d'ici le 21 mars, date à laquelle le CSA fera les comptes. Le temps de parole de l'UMP s'élève à 41,15 % sur i>Télé. Qui explique que la chaîne a fait réagir le parti à la suite des affaires Copé et Buisson.

De façon plus anecdotique, les municipales ont eu un autre impact sur la grille de BFM. Selon le blog de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant