Municipales 2014 à Paris : NKM-Hidalgo, le match des directeurs de campagne

le
0
Jean-Louis Missika et Jean-Didier Berthault, directeurs de campagne respectivement d'Anne Hidalgo et de Nathalie Kosciusko-Morizet.
Jean-Louis Missika et Jean-Didier Berthault, directeurs de campagne respectivement d'Anne Hidalgo et de Nathalie Kosciusko-Morizet.

Jean-Louis Missika et Jean-Didier Berthault, directeurs de campagne respectivement d'Anne Hidalgo et de Nathalie Kosciusko-Morizet, dressent un bilan de la campagne de leur candidate à Paris. À quelques semaines du vote fatidique, ils reviennent sur les réussites, les difficultés et leur stratégie de conquête. Interview croisée. Quel bilan faites-vous de votre campagne à Paris ? Jean-Louis Missika : Notre campagne n'est pas parfaite, mais nous avons rempli nos objectifs. Notre cahier des charges depuis septembre 2012, c'était qu'Anne Hidalgo se présente en tant que candidate devant les Parisiens. Elle ne souffrait pas d'un problème de notoriété, mais les électeurs se demandaient si elle était capable d'être maire. Son adversaire a beaucoup ironisé là-dessus et notamment sur sa capacité de rassemblement. Aujourd'hui, le contraste entre les deux camps est frappant sur ce point. Mais nous ne souhaitons pas faire de commentaires sur la campagne de notre adversaire. On ne tire pas sur une ambulance. D'ailleurs, on ne peut pas parler d'ambulance, car le rebond est toujours possible. En ce qui nous concerne, nous avons bien choisi nos têtes de liste. Nous avons réussi à convaincre ceux qu'on appelle "les barons parisiens" de la nécessité d'opérer un renouvellement. Nous avons posé des principes comme la parité et le non-cumul, et le fait de ne pas s'attaquer à des personnes. Il ne faut humilier personne,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant