Municipales 2014 : à Lyon, les particules polluent la campagne

le
0
Après Paris, Lyon, qui subit aussi un pic de pollution, a décrété la gratuité des transports.
Après Paris, Lyon, qui subit aussi un pic de pollution, a décrété la gratuité des transports.

À une semaine du premier tour des municipales, le pic de pollution s'invite dans la campagne électorale pour devenir un véritable sujet de polémique entre les candidats. L'alerte à la pollution a franchi le niveau 2 vendredi à Lyon avec la perspective de passer le cap du 3 dimanche ou lundi, ce qui a amené les pouvoirs publics à prendre des mesures radicales. Gérard Collomb, président du Grand Lyon et candidat à sa succession, a pris vendredi la décision, après Paris, de laisser l'accès au réseau de transports en commun lyonnais gratuit pendant le week-end et de renforcer l'ensemble des lignes de métro, de bus et de tramway pour éviter la saturation. Gratuité également pour la première heure d'utilisation des Bluely, les voitures électriques en auto-partage, comme pour les Vélo'v. Parallèlement, la préfecture a mis en place dès jeudi sur les quais du Rhône un poste de contrôle des véhicules, avec verbalisation des pollueurs à la clé et obligation d'aller faire régler son pot d'échappement. La totalité des candidats lyonnais s'est emparée du sujet pour en faire tout à coup le plus passionné de la campagne. Cécile Duflot, de passage vendredi matin à Lyon pour soutenir les candidats écologistes, n'a pas manqué de dénoncer le manque de réactivité du candidat maire socialiste. "Rendre les transports en commun gratuits est une question de santé publique ! Si vous voulez que ça change, votez pour les candidats écologistes", a...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant