Municipales 2014 : à gauche aussi, on réclame un changement de cap

le
7
Municipales 2014 : à gauche aussi, on réclame un changement de cap
Municipales 2014 : à gauche aussi, on réclame un changement de cap

La droite n'est pas seule à réclamer un changement de politique. Plusieurs voix de la majorité de gauche se sont fait entendre en ce sens lundi matin, après la débâcle des élections municipales qui a vu le Parti socialiste et ses alliés perdre 155 villes de plus de 9 000 habitants. Dans leur ligne de mire : le Pacte de responsabilité, qui doit être voté en avril, et ses 30 milliards de baisses de charges.

Dans un billet posté sur blog, le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a plaidé pour un «solide pacte de cohésion sociale» à côté du Pacte de responsabilité, afin de répondre «aux difficultés concrètes que connaît le peuple». L'élu de Seine-Saint-Denis prévient : «Le message des Français s'adresse à nous et rien qu'à nous: ils nous disent "changez !"».

Un peu plus tôt, le Premier secrétaire du PS, Harlem Désir, sans remettre en cause le Pacte de responsabilité, s'est ouvertement prononcé pour une inflexion de celui-ci en réclamant «un allègement de cotisations salariées, pour permettre qu'il y ait un effet sur le pouvoir d'achat de ceux qui travaillent, en particulier des salaires bas et moyens». «Je crois qu'il nous faut à la fois mener cette politique de soutien à l'offre, c'est-à-dire à la compétitivité, et de soutien à la demande, à la consommation», a-t-il ajouté.

VIDEO. Désir : «Nous sommes tous responsables»

De son côté, Martine Aubry (PS) a appelé à donner du «pouvoir d'achat» aux Français, au lendemain de sa réélection à la mairie de Lille. L'ancienne patronne de la rue de Solférino a estimé sur France 3 Nord Pas-de-Calais que «les Français attendent des résultats» du gouvernement sur l'emploi.

Défaite de la gauche aux municipales : Martine Aubry appelle à donner du "pouvoir d'achat" aux Français - http://t.co/ecQN4jX2nN? France 3 Nord (@F3nord) 31 Mars 2014

Seule voix - très légèrement - ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le lundi 31 mar 2014 à 12:51

    Toute l'extrême gauche va demander de faire "plus de la même chose", ce qui est techniquement impossible, et Pépère est dans la seringue : il va encore essayer d'enfumer les choses, en faisant semblant et à grand renfort de mots creux "marqueurs de gauche", comme "justice sociale" et autres calembredaines ... :D

  • janaliz le lundi 31 mar 2014 à 12:12

    "Jérôme Guedj, la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann, l'ex-député Julien Dray et Emmanuel Maurel, animateur du courant «Maintenant la gauche». «Le Pacte de responsabilité est mort né...". Ils iront expliquer tout ça à Angela Merkel... et à ceux qui achètent la dette française ! (ils n'ont toujours rien compris !).

  • frk987 le lundi 31 mar 2014 à 11:40

    Pour Jany7 : totalement d'accord, si la droite est assez folle pour accepter une cohabitation sans la démission d'Hollandouille, alors tout est perdu.

  • frk987 le lundi 31 mar 2014 à 11:38

    Toujours plus à gauche, votre modèle c'est l'ex RDA, ça commence avec la Stasi, ça finira de la même manière.

  • M4888303 le lundi 31 mar 2014 à 11:31

    Accentuez le virage à gauche et vous allez voir les conséquences directes:explosion du chomage encore pire de ce qui se passe aujourd'hui!!!La politique de la hausse de la demande se traduira par une hausse des importations car les entreprises françaises n'ont pas d'argent (bénéfices suffisants) pour se développer et investir donc de créér des emplois!! C'est tout le contraire qu'il faut faire!!

  • jany7 le lundi 31 mar 2014 à 11:25

    ils vont l'avoir ce soir un coup a la Chirac dissolution de l'assemblée nationale et période de 3 ans de cohabitation la droite se cassera aussi les dents sur la "crise" et hollande aura plus de chance d'etre reelu en 2017 c'est un schema correzien a la Chirac

  • mipolod le lundi 31 mar 2014 à 11:24

    Les social.os sont toujours fâchés avec les chiffres ! 60 % des français veulent qu'ils stoppent leur politique suicidaire et ces bran.leurs s'accrochent comme des morpions à leurs sièges sans changer leurs idéologies démagogiques !