Munich Re évoque un 1er semestre moins marqué en catastrophes

le
0
MUNICH RE ÉVOQUE UN 1ER SEMESTRE MOINS MARQUÉ EN CATASTROPHES
MUNICH RE ÉVOQUE UN 1ER SEMESTRE MOINS MARQUÉ EN CATASTROPHES

FRANCFORT (Reuters) - Les inondations, tempêtes et autres catastrophes naturelles ont coûté la vie à plus de 2.700 personnes et causé pour quelque 42 milliards de dollars (31 milliards d'euros) de dégâts dans le monde au premier semestre, mais c'est bien moins que lors des années précédentes, selon un bilan publié mercredi par Munich Re.

Les inondations et glissements de terrain en Afghanistan ont été les plus meurtrières de ces catastrophes, avec plus de 650 morts, tandis que les tempêtes de neige au Japon ont été les plus coûteuses pour les assureurs avec des pertes assurées de plus de 2,5 milliards de dollars.

La tempête Ela qui a balayé une partie de l'Europe occidentale début juin devrait coûter environ 1,8 milliard d'euros aux assureurs, avec une facture de 650 millions pour la seule Allemagne, selon le numéro un mondial de la réassurance.

Le bilan des catastrophes naturelles au premier semestre est nettement inférieur à la moyenne des dix dernières années, qui est de 95 milliards de dollars pour les dégâts causés et de 25 milliards pour les coûts des assureurs. Le nombre de morts se compare quant à lui à une moyenne de 53.000 sur les dix dernières années et à un total de 9.100 au premier semestre 2013.

Munich Re précisera sa part des pertes le 7 août lorsqu'il publiera ses comptes du premier semestre.

(Maria Sheahan, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant