Munich : le procès des criminels néonazis s'est ouvert

le
0
Munich : le procès des criminels néonazis s'est ouvert
Munich : le procès des criminels néonazis s'est ouvert

Certains faisaient la queue depuis plus de vingt heures pour êtres sûrs d'assister à l'audience. L'un des plus grands procès de néonazis de l'après-guerre en Allemagne s'est ouvert ce lundi vers 10h30 à Munich en présence de la principale accusée, Beate Zschäpe. Cette femme de 38 ans, originaire de l'ex-RDA, a fait partie d'un trio criminel néonazi jusqu'en 2011, baptisé Clandestinité national-socialiste (NSU). Elle est mise en cause pour sa participation présumée à dix meurtres commis à travers l'Allemagne entre 2000 et 2007, dont neuf à caractère raciste. Huit des victimes étaient turques, l'une était grecque, et l'autre était une policière allemande. Quatre autres personnes, accusées de complicité, comparaissent avec elle.

Des incidents en marge de l'audience

Quelque 500 policiers ont été déployés devant le tribunal de Munich, alors que d'aucuns craignent que des militants d'extrême droite tentent de venir soutenir Beate Zschäpe. Des manifestants antiracistes se sont également rassemblés devant le tribunal, déployant des banderoles «contre la terreur nazie et le racisme au quotidien» et appelant l'Etat allemand à davantage lutter contre les crimes commis par l'extrême droite. Ils étaient moins d'une centaine. Des proches des victimes, arrivés en autocar, étaient présents eux aussi, notamment le Turc Ismail Yozgat dont le fils de 21 ans, Halit, est mort dans ses bras après avoir reçu deux balles à la tête.

Sous l'oeil des journalistes, dont de nombreux turcs, une bousculade provoquée par deux jeunes femmes en colère s'est produite devant l'entrée du tribunal, avant même le début de l'audience. «La presse turque n'est pas autorisée à entrer dans le tribunal. Où est la justice?», s'est exclamée l'une des ces femmes après avoir jeté une bouteille à terre. Elle a immédiatement été maîtrisée par des policiers. Une foule de curieux et de journalistes s'est précipitée autour d'eux. «Le...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant