Munich et Dortmund inarrêtables, ça se resserre derrière

le
0
Munich et Dortmund inarrêtables, ça se resserre derrière
Munich et Dortmund inarrêtables, ça se resserre derrière

Pour la 22e sortie de la saison, la Bundesliga a joué avec une certaine routine. Le Bayern et Dortmund gagnent malgré quelques difficultés, Schalke et Wolfsburg se compliquent la tâche. En fait, tout reste ouvert derrière les deux premiers.

L'équipe du week-end : Hoffenheim


Le TSG Hoffenheim a retrouvé ses vertus offensives pour faire résonner trois fois son drôle de Torhymne. C'est la première victoire du jeune bizut Nagelsmann. C'est surtout la première victoire depuis le 12 décembre pour le club. Et étrangement, statistiquement, leur 8e match du samedi consécutif sans défaite (six nuls dans le lot quand même). La rencontre contre Mayence débute pourtant mal, avec un premier but signé Cordoba. Il a donc fallu aller de l'avant pour obtenir la victoire. Ce qu'ont parfaitement bien fait Jonathan Schmid, Volland et Uth. L'égalisation intervient deux minutes seulement après le premier but. Puis Mark Uth inscrit un doublé, qui met définitivement les protégés de Dietmar Hopp sur la route des trois points. Et maintenant, grâce à cette belle performance, il y a de nouveau de quoi croire au maintien. Hoffenheim est 17e. L'Eintracht Francfort, première équipe au-dessus de la ligne rouge, n'est plus qu'à quatre longueurs.

Le joueur du week-end : Thomas Müller


Pour la première fois depuis le quintuplé record de Lewandoski, le Bayern a été mené 1-0 à la maison au moment de rentrer dans les vestiaires. Et face au promu Darmstadt, sérieusement diminué par les suspensions. Autant dire que ça la foutait mal avant de jouer la Juventus, mais que ça sentait aussi la correction en deuxième période. Cette fois-ci, ce n'est pas le Polonais qui a joué les pères fouettards et la tâche est restée difficile pour le Bayern. Mais il y a un joueur qui ne faillit jamais : Thomas Müller. Une fois de plus, il a estomaqué l'Allianz Arena par sa vista et ses célébrations rageuses. Et tant qu'à faire, Müller y a ajouté du style, avec une reprise acrobatique improbable pour donner l'avantage au Bayern dans les vingt dernières minutes. Il n'y a qu'un Thomas Müller pour faire ça.








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant