Mucoviscidose : la nouvelle vie de Frédéric, greffé du poumon

le
0
Mucoviscidose : la nouvelle vie de Frédéric, greffé du poumon
Mucoviscidose : la nouvelle vie de Frédéric, greffé du poumon

Dans 450 sites de France*, des enfants et des adul tes s’élanceront aujourd’hui à pied ou à vélo pour « donner » leur souffle au profit de l’association Vaincre la mucoviscidose, à l’occasion des 32es Virades de l’espoir. Frédéric sera forcément de la fête. A 42 ans, cet habitant de Pontault-Combault (Seine-et-Marne), atteint de mucoviscidose depuis l’âge de 3 mois, sait ce que recevoir un nouveau souffle veut dire.

 

Alors que la maladie l’avait plongé dans une grave insuffisance respiratoire, il a pu bénéficier d’une greffe de poumons, traitement de la dernière chance pour les adultes « muco », il y a huit mois, à l’hôpital Foch de Suresnes (Hauts-de-Seine).

 

Hormis les neuf heures d’absence sur une table d’opération, il s’en souvient à l’heure près. Du coup de fil « juste avant le journal de 20 heures » lui annonçant, après trois semaines d’attente, qu’un greffon compatible était disponible. L’arrivée avec le Samu à l’hôpital, « l’entrée au bloc à 2 h 30 ». Le réveil en réanimation vers 15 heures le lendemain. Sevré en oxygène « deux heures plus tard, je respirais seul, sans aide. Tout de suite, mes proches ont remarqué que je parlais désormais sans reprendre mon souffle entre chaque mot. » Deux jours plus tard, il franchissait ses premiers 300 m à pied sans oxygène. « Quand on me disait que la greffe est une vraie renaissance, je sais aujourd’hui que le terme n’était pas trop fort », sourit-il, remerciant le donneur inconnu et toute la chaîne qui s’est mobilisée autour de lui.

 

Terminé les 2 à 5 cures d’antibiotiques annuelles de plusieurs semaines en intraveineuse qui ont douloureusement jalonné trente ans de sa vie. Fini, les cinq aérosols quotidiens d’un quart d’heure chacun, la bouteille d’oxygène qui ne le quittait plus les derniers temps, les très longues séances de kiné journalières : traitement symptomatique d’une maladie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant