Mozambique: plus d'une centaine d'attaques contre des albinos depuis 2014

le
0
Mozambique: plus d'une centaine d'attaques contre des albinos depuis 2014
Mozambique: plus d'une centaine d'attaques contre des albinos depuis 2014

« De leur berceau jusqu'à la tombe, les albinos sont pourchassés et les parties de leur corps, recherchées. Tout, leurs orteils, leurs cheveux, leurs ongles et même leurs selles sont collectés. » Les déclarations ce vendredi de l'experte de l'ONU, Ikponwosa Ero, sont glaçantes, au terme de sa mission de douze jours au Mozambique.

 

La jeune femme atteinte elle-même de cette maladie génétique héréditaire (qui se traduit par une absence de pigmentation dans la peau, le système pileux et l'iris des yeux) a présenté publiquement le bilan de son déplacement dans ce pays d'Afrique. Un bilan effrayant.

 

Finishing my mission to #Mozambique with resident coordinator (middle) and hr adviser  #unct pic.twitter.com/5QESCFB3R3

— IkponwosaEro (@UnAlbinism) 2 septembre 2016

 

Plus d'une centaine d'attaques contre des albinos ont été recensées au Mozambique depuis 2014. Un phénomène nouveau dans ce pays selon l'experte des Nations unies qui cite la possible implication de structures criminelles venant de Tanzanie ou du Malawi voisins. Deux contrées marquées en 2015 par une vague d'enlèvements et d'homicides d'albinos. Dans son bilan, Ikponwosa Ero évoque l'existence « d'un réseau transfrontalier secret mais puissant semblable à celui des barons de la drogue. » Mais pour le moment, aucun trafiquant n'a été arrêté et les réseaux eux-mêmes sont difficiles à identifier.

 

 

Entre 20 000 et 30  000 personnes (sur 26 millions d'habitants) sont atteintes d'albinisme au Mozambique. Dans plusieurs pays d'Afrique subsaharienne, les membres et les os des albinos sont utilisés pour des rituels censés apporter richesse et pouvoir.  En Tanzanie, on estime qu'un habitant sur 1 400 est albinos, contre un sur 20 000 chez les populations occidentales, selon l'association Under The Same Sun (Sous le même soleil).

 

« Véritable peur »

 

Au cours de sa mission au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant