Mouvement de grogne au sein du service de renseignement

le
0

PARIS (Reuters) - Environ 150 policiers de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) ont participé vendredi à un rassemblement pour dénoncer la "gestion des ressources humaines" de ce service chargé notamment de l'antiterrorisme.

Ce mouvement de grogne, rare dans la police, a eu lieu dans le hall du siège de la DCRI à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), à l'appel du Syndicat national des officiers de police (Snop, majoritaire).

Le syndicat déplore la gestion des ressources humaines dans le service de renseignement qui compte 4.000 policiers.

La récente nomination d'un jeune commissaire à un poste "qu'aurait pu occuper un officier" a été le déclencheur d'une grogne qui couve de longue date.

Les syndicats prônent, sans succès jusqu'à présent, la fusion des officiers avec le corps des commissaires.

Pour François Rebsamen, le 'monsieur sécurité' du candidat socialiste à la présidentielle François Hollande, la manifestation de vendredi "révèle le profond malaise qui règne dans ce service et plus généralement dans les forces de sécurité."

"Depuis 10 ans, elles ont subi des transformations à marche forcée, doublées de remises en cause permanentes de leur statut et de leur mission. Le système de promotion 'à l'amitié' pratiqué par le président de la République, leur fait douter de leur hiérarchie", écrit-il dans un communiqué.

Gérard Bon, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant