Moutinho gone boy

le
0
Moutinho gone boy
Moutinho gone boy

Dans un match aussi triste que Charlène lors de son mariage, Monaco peut remercier son gardien Daniel Subasic et pleur encore la sortie de Berbatov. Joao Moutinho est lui venu signer sa feuille de présence. Tranquille.

Monaco
Subasic (8) : Après sa prestation du soir, le Croate devrait passer au moins deux semaines sans voir le nom d'un nouveau gardien annoncé sur le Rocher. Quatre parades décisives qui prouvent qu'il ne faut surtout pas qu'il s'éloigne de deux mètres de sa ligne. Un gardien de hand avec des gants.

Fabinho (5) : Il enlève le pied sur l'accélération de Gaitan, manque de s'excuser et de payer le café. Un garçon sans doute très poli, mais on lui conseille plus de s'orienter vers l'aide à la personne.

Raggi (6) : Si Franck Leboeuf fait osciller « son personnage entre machisme et tendresse » dans Ma Belle-mère, mon ex et moi à la Comédie-Caumartin selon Gala, son sosie italien est plus dans le cabotinage. Il a cherché un partenaire de jeu à Benfica pour s'embrouiller. En vain. Il frôle le Molière sur son coup de tête en fin de rencontre.

Carvalho (6,5) : Vieux, lent, un peu chauve mais toujours au-dessus du lot. Ricardo Carvalho reste le meilleur défenseur portugais. Fernando Santos l'a bien compris, l'Europe aussi, la France commence tout juste à saisir.

Kurzawa (4) : Comme un enfant qui a pris une grosse fessée, Layvin se tient à carreau. Pas une montée, pas un adversaire chambré, un match aussi triste que discipliné. Rendez-nous l'ancien.

Moutinho (3,5) : Des corners à hauteur de Rui Barros, des remises à deux mètres et une activité digne d'un membre du conseil économique et social, Joao Moutinho a sans doute organisé sa propre disparation. Gone boy pour lui. Remplacé par Bernardo Silva qui ne savait pas trop avec qu'il devait jouer.

Toulalan (6) : Le même match depuis plus de dix ans. Toulalan court, Toulalan ratisse, Toulouse met les mains sur ses hanches, Toulalan frappe sur le gardien, Toulalan frappe au-dessus, Toulalan est le meilleur milieu de terrain de son équipe.

Kondogbia (4,5) : Geoffrey Kondogbia est sans doute un joueur prometteur, mais il faut être supporteur du FC Séville pour en avoir la preuve. Une énigme.

Dirar (5) : Un gros premier quart d'heure à martyriser Eliseu et puis le Marocain a flanché. Un homme de court-métrage pour l'instant et quelques difficultés en calcul mental. Nabil, 4+1= 5 points.

Berbatov (31 minutes) : Une passe décisive si Louis II avait un jardinier, quelques...


















...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant