Moustiques : comment sauver sa peau

le , mis à jour à 09:16
0
Moustiques : comment sauver sa peau
Moustiques : comment sauver sa peau

Ils étaient annoncés. Et ces satanés moustiques n'ont évidemment pas manqué l'occasion de gâcher nos si attendues soirées d'été. Impossible dans certains départements de dîner tranquillement dans le jardin, sans être recouvert de piqûres.

Encouragés par un hiver doux, les tonnes d'eau déversées sur l'Hexagone et la hausse du thermomètre, les larves des moustiques disposent des conditions idéales pour se développer. Sans oublier la canicule qui renforce l'agressivité des femelles, responsables des piqûres, et accélère le cycle de croissance des insectes.

Résultats : le site Vigilance-moustique.com, qui s'appuie sur des signalements de particuliers, a constaté une « prolifération inhabituelle » dans 25 départements, dont ceux de l'Ile-de-France.

Aujourd'hui, une soixantaine d'espèces différentes jouent avec les nerfs des Français, avec chacune ses petites habitudes. La plus connue porte le doux nom de Culex Pipiens et est présente sur la majorité du territoire. C'est elle qui hante les nuits des citadins, préférant piquer lorsque le soleil est couché ou au petit matin. Le moustique-tigre est quant à lui présent en Alsace, dans les départements du sud de la France et depuis peu dans le Val-de-Marne, et est placé sous étroite surveillance, car capable de transmettre des maladies graves telles que le chikungunya ou le virus Zika. Il se plaît, lui, à choisir ses proies au lever du soleil et en fin d'après-midi, pour mieux se reposer la nuit.

Car quelle que soit l'espèce, l'animal est vil. Pour que son hôte ne le remarque pas, il lui injecte un anesthésiant. Suivi d'un anticoagulant afin de récolter la quantité de sang nécessaire à la production d'oeuf. Puis il s'envole, laissant en souvenir des crises de démangeaisons qui peuvent durer plusieurs jours. Heureusement, des solutions existent pou r repousser le prédateur selon ses habitudes, à défaut de l'éliminer.

 

VIDEO. Alfortville : le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant