Moussa Sow sauve le Sénégal

le
0
Moussa Sow sauve le Sénégal
Moussa Sow sauve le Sénégal

Dans une poule enlevée, le le Sénégal et le Ghana ont rejoué l'éternelle bataille de la possession contre le contre. Et au bout du suspens, les Lions ont pu rugir grâce à Moussa Sow, entré en jeu, et buteur dans le temps additionnel.


Ghana - Sénégal
(1-2)

A. Ayew (13') pour Ghana , M. Diouf (57'), M. Sow (91') pour Sénégal.


Avraham Grant est un homme habitué aux situations compliquées. Son principal fait d'armes reste quand même d'avoir pris la succession de José Mourinho à Chelsea, pour des résultats de second (en PL, en CL, en FA Cup). Mais n'oublions pas non plus qu'il a tout gagné en Israël avant de prendre la tête de la sélection, et qu'il a aussi entrainé le Partizan Belgrade. Alors ce n'est pas un Ghana complètement privé de talents (ni Muntari ni Boateng, exclus lors de la Coupe du monde pour une bagarre, ni Essien ni Kwadwo Asamoah, Asamoah Gyan sur le banc) qui va lui faire peur, même s'il peut compter sur les frères Ayew. Comme souvent dans ce genre de situations, il a construit une équipe robuste, espérant gratter des victoires sur un contre ou un coup de pied arrêté. A l'inverse, Alain Giresse n'a pas foutu grand-chose sur un banc, mais dispose d'une équipe sénégalaise bien pourvue. Alors que les deux styles se valaient à peu près, Ayew ouvrant le score sur pénalty, Diouf égalisant à force d'effort, le banc du Sénégal a fini par faire la différence, avec un Moussa Sow décisif. Grant a encore une fois presque réussi.
Ballon de plage et pénalty
Vraisemblablement, le ballon de plage a été retenu pour ce match, avec beaucoup de rebonds sur un terrain inégal. Du coup, celui-ci ne touche que peu le sol, les deux équipes préférant logiquement un bon vieux kick'n'rush des familles. Et lorsque la passe en profondeur est bonne, le contrôle ne l'est pas, à l'image de Mame Biram Diouf, qui gâche complètement l'ouverture de Djilobodji. En tout cas, le Sénégal a clairement la possession, ce qui laisse au Ghana l'occasion de contrer. Sur la première réaction des Black Stars, Coundoul, le gardien et capitaine sénégalais, déséquilibre un Atsu lancé à toute berzingue dans la surface. Le pénalty est indiscutable, et André Ayew est ravi d'exécuter la sentence. Les Sénégalais tentent bien de réagir, notamment sur coups de pied arrêtés, mais personne n'a la...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant