Moussa Sissoko, un an de perdu

le
0
Moussa Sissoko, un an de perdu
Moussa Sissoko, un an de perdu

Il y a un an, à la sortie d'un Euro de haute volée, Moussa Sissoko devait quitter Newcastle pour un top club européen. Il a finalement signé à Tottenham dans le money time du mercato pour y devenir remplaçant de luxe et perdre une partie de son crédit en Bleu. Une année ratée qu'il ne peut reproduire, sous peine de regarder la Coupe du monde 2018 à la télé.

Fort d'un Euro 2016 exceptionnel, Moussa Sissoko avait été l'une des attractions du mercato d'été. Tellement coté qu'un transfert au Real Madrid aurait même été dans les tuyaux pour le joueur formé à Toulouse. Mais c'est finalement à Tottenham - plutôt qu'à Everton où il semblait sur le point d'atterrir - que Moussa Sissoko a posé ses valises à la toute fin du dernier jour d'août. Sur le papier, le deal avait tout d'une opération win/win. D'un côté, les Spurs s'offraient un milieu de terrain polyvalent, puissant et expérimenté, de l'autre, l'international français s'épargnait une saison en Championship avec Newcastle pour participer à la Ligue des champions et à la lutte pour le titre avec les Londoniens. Sauf que rien n'a vraiment marché comme prévu pour Sissoko. Dès novembre, il a ainsi vécu un derby contre Chelsea depuis son canapé, avant de se faire tailler publiquement par son coach : " Le football n'est pas une question d'argent. Les joueurs doivent montrer qu'ils sont meilleurs, qu'ils montrent à l'entraînement qu'ils sont meilleurs qu'un autre coéquipier, et qu'ils méritent ou non d'être dans l'équipe. " Résultat des courses, le Français a vécu une saison frustrante avec seulement huit titularisations en Premier League pour vingt-cinq apparitions, et pas bien mieux en Ligue des champions (une titularisation, quatre apparitions au total). Le tout avec des statistiques faméliques - deux passes décisives, zéro but - et un impact quasiment nul dans la saison de Tottenham.

Tottenham veut Davinson Sanchez

Une place pour le Mondial 2018 à préserver


Douze mois suffisamment mauvais pour que l'intéressé perde son totem d'immunité en Bleu avec zéro temps de jeu entre le France-Suède de novembre et le match retour de juin. Une défaite de fin de saison autour de laquelle sa titularisation à la place d'Ousmane Dembélé - censée sécuriser le bloc équipe - a valu à Didier Deschamps une volée de

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant