Mourinho, le flirt de Manchester

le
0
Mourinho, le flirt de Manchester
Mourinho, le flirt de Manchester

C'est l'histoire d'une relation platonique. Ils s'aiment, vraiment. José Mourinho aime Manchester United, Manchester ne le déteste pas. Une nouvelle fois, depuis quelques jours, ils se tournent autour et cette fois, ils pourraient se retrouver. Pour sécher les larmes du passé.

C'est là que tout a commencé, un soir de mars 2004. Par une course fondatrice le long de la ligne de touche bordant la tribune sud d'Old Trafford. Il ne restait, ce soir-là, que quelques secondes à jouer. Manchester United recevait le FC Porto en huitièmes de finale de la Ligue des champions. José Mourinho dirigeait sa première campagne dans la compétition, un an après avoir soulevé la petite sœur à Séville face au Celtic Glasgow. Il ne restait, en réalité, qu'une seule frappe, un seul coup franc pour sauver le FC Porto de l'élimination, alors que Manchester United mène 1-0. On joue la 89e minute, on est le 10 mars 2004. Benni McCarthy vient de s'élancer, Tim Howard repousse le ballon dans les pieds de Costinha. Porto vient d'égaliser et se qualifie pour les quarts de finale, nouvelle étape vers son succès futur. José Mourinho, lui, vient de descendre les marches de la tribune sud et court en trench vers ses joueurs. Old Trafford vient de faire la connaissance de José Mourinho. José Mourinho vient de battre Sir Alex Ferguson et un petit peu plus que ça. Car en face, Manchester United vient de tomber.

Les couilles du Special One


Tomber dans la haine que tout un peuple va s'appliquer à entretenir. Car quinze jours avant l'exploit d'Old Trafford, au stade du Dragon de Porto, Sir Alex Ferguson a refusé de serrer la main de José Mourinho, trop irrévérencieux à son goût. L'Écossais ne veut pas offrir ce luxe au Portugais devant les caméras, les deux hommes se salueront dans l'intimité des couloirs des vestiaires. Face à la presse, Mourinho plante le couteau : "Je serais aussi triste si mon équipe était si clairement dominée par une formation qui n'a été bâtie qu'avec 10% de mon budget." Le sport est fait de ces histoires, de ces rivalités qui s'alimentent par des mots, des gestes mais avant tout des succès. Dans toute sa carrière, Mourinho n'aura perdu que deux fois face à Ferguson. Car après Porto, le Portugais s'est rapproché de l'Écossais au chewing-gum. Pour le dompter avec une bête nouvelle, le Chelsea FC avec qui Manchester United va se partager la majeure partie des titres de champion d'Angleterre pendant de nombreuses années.

Mourinho, la fête est finie
Au fond, le respect…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant