Mourinho, le casse-tête du milieu

le
0
Mourinho, le casse-tête du milieu
Mourinho, le casse-tête du milieu

Battu pour la troisième fois de la semaine à Watford dimanche, le Manchester United de José Mourinho est toujours en plein chantier avec au centre des débats un milieu qui n'en est pas un. Entre un nouveau système sans succès, un Rooney qui se traîne, un Pogba qui se cherche encore et les excuses de Mourinho.

Il aura fallu attendre plusieurs semaines pour voir enfin Walter Mazzarri s'éveiller. Depuis le début de son aventure anglaise à Watford, l'entraîneur italien restait en retrait et constatait avec patience ce qu'était en train de devenir doucement sa nouvelle production. Puis, peu avant 15 heures, il est sorti de son banc en faisant de larges cercles avec ses bras derrière sa ligne de Vicarage Road. Cette fois, Mazzarri sait qu'il tient entre les mains la confirmation des promesses entrevues depuis le début de la saison, une semaine après un premier succès renversant en Premier League au stade Olympique de Londres face à West Ham (4-2). Watford attendait ça depuis trente ans : faire tomber Manchester United. En 1986, Walter Mazzarri était alors un milieu de terrain ultra travailleur du côté d'Empoli. Son jeu touchait déjà aux préceptes de l'entraîneur qu'il est devenu ensuite, avec la notion d'effort comme totem fondateur autour d'une défense solide et de contre-attaques rapides. Voilà comment il a retourné Mourinho dimanche (3-1) : en bloquant l'animation offensive de Manchester United en première période grâce à la rigueur tactique de ses latéraux (Janmaat et Holebas) qui ont parfaitement muselé Rashford – titulaire pour la deuxième fois consécutive – et Martial ; puis, avec une exigence rare autour de la position d'Ighalo, à la fois premier défenseur des Hornets et premier pétard à s'allumer offensivement aux côtés de Troy Deeney. Et Mazzarri a levé les bras pour exploser au cœur de Vicarage Road. Il sait qu'il vient de frapper un gros coup. Mais aussi d'enfoncer José Mourinho dans ses doutes.

Rooney, un 8 dont Mourinho ne voulait pas


Car aux côtés de Walter Mazzarri, le Portugais ne bouge pas et tente de comprendre pourquoi son équipe vient de s'incliner pour la troisième fois en huit jours. Un peu plus loin, au centre de la pelouse, Paul Pogba a également la tête qui chauffe sous sa nouvelle étiquette de joueur le plus cher du monde. Manchester United vient probablement de rendre sa plus mauvaise copie depuis le début de la saison, dans la continuité de la première mi-temps contre Manchester City du samedi précédent. Face à la presse, Mourinho commence par se ranger derrière "les erreurs d'arbitrage" et crache sur la faute non sifflée de Britos sur Martial qui a amené le premier but de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant