Mourinho et Porto, un amour très vache

le
0
Mourinho et Porto, un amour très vache
Mourinho et Porto, un amour très vache

Le FC Porto l'a révélé, il a presque tout gagné avec le FC Porto... Entre José Mourinho et son ancien club, les relations devraient être chaleureuses. Au lieu de ça, les deux camps se font plus ou moins la gueule depuis une bonne dizaine d'années. Retour sur une anomalie qui fait toujours couler de l'encre à l'ouest de la péninsule Ibérique.

Porto et Mourinho. Deux grands noms du football européen qui doivent beaucoup l'un à l'autre. Le premier a offert au second un double tremplin sur la scène internationale, d'abord en tant qu'adjoint de Sir Bobby Robson, puis dans le rôle d'entraîneur principal, au début du XXIe siècle. Le Mou a quant à lui remis sur pieds une institution qui avait entamé le nouveau millénaire fort négativement- les Dragons n'ont pas gagné le moindre championnat de 1999 à 2002 inclus -, en lui donnant, en prime, deux nouveaux titres européens qui permettent alors au FCP de devancer le rival benfiquista sur la scène continentale. Dire que chacune des parties doit quelque chose à l'autre revient à affirmer qu'elles sont quittes. C'est donc avec le sentiment d'avoir accompli sa tâche et aucun remord que José Mourinho laisse les rives du Douro pour celles de la Tamise.

Pinto da Costa, lui, sait qu'il ne peut pas en vouloir à un entraîneur qui a pillé quasiment tous les trophées qui se sont présentés à lui de 2002 à 2004 pour remplir un peu plus le musée portista. Les deux parties avaient tout pour s'aimer malgré la distance et le destin qui les séparerait. Pourtant, elles entretiennent aujourd'hui des relations froides, pour ne pas dire glaciales. Mais peut-on vraiment parler de divorce si le mariage n'a jamais été consommé ? Car la vérité, c'est que José Mourinho a toujours été respecté pour son travail à Porto, sans réellement être adoré. Réciproquement, le Special One ne faisait pas grand-chose pour montrer ses sentiments à un club qui marche essentiellement à l'affect. Autant dire que la relation à distance avait peu de chances de fonctionner.

Silence radio et clash par médias interposés


Les adieux de Mourinho au FC Porto auraient pu être couronnés d'une cérémonie spéciale avec les supporters de retour au Dragão, d'une accolade avec son président, d'un bain de champagne ou d'un bain tout court. Au lieu de ça, José Mourinho s'est fait la belle comme un voleur et provoqué l'ire du peuple azul e branco. En abandonnant les siens le soir même du sacre de Gelsenkirchen en mai 2004, le technicien validait involontairement les tensions qui existaient entre Pinto da Costa et lui, celle-là mêmes qu'il niait en bloc depuis plusieurs semaines. À l'origine de la brouille entre les deux hommes, le futur du Special One. Le président du club portuense a toujours eu pour habitude de parler avenir…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant