Mourinho a-t-il perdu le contrôle ?

le
0

José Mourinho vit un début de saison chaotique entre les polémiques extra-sportives et les difficultés sportives qui entourent Chelsea. Comme toujours, le Portugais y répond sur le terrain médiatique, mais ses provocations passent de plus en plus mal. À quand le mot de trop ?

Dimanche à l'Etihad, le Chelsea de José Mourinho a pris l'eau. Une claque 3-0 et déjà cinq points de retard sur son principal concurrent après deux journées, le club londonien vit un été compliqué et un début de saison qui pourrait coûter cher au mois de mai. Si on ajoute à la situation comptable une défaite lourde de symboles contre Arsenal (0-1) lors du Community Shield et le tapage médiatique autour du "Carneirogate" ou du remplacement à la pause de John Terry contre City, difficile d'imaginer pire démarrage pour le champion en titre. Peu impressionnant sur le marché des transferts - avec les recrutements de Radamel Falcao (prêt de Monaco), Asmir Begović (Stoke) et Baba Rahman (Augsburg) contre les départs de Didier Drogba (Montréal), Filipe Luís (Atlético Madrid) et Petr Čech (Arsenal) - les Blues affichent actuellement les symptômes d'une équipe malade : porosité défensive, manque de sérénité, et certains joueurs clairement en dessous de leurs possibilités (Ivanović, Hazard...). Et surtout, leur jadis charismatique entraîneur José Mourinho n'a jamais semblé aussi peu maître de sa communication qu'aujourd'hui, la preuve qu'il n'est plus aussi "Special" ni "Happy", comme il le prétendait en 2004 ou en 2014.

"Ce résultat, c'est une imposture"


Suite à la défaite dominicale à Manchester, le technicien portugais a ainsi parlé de " faux résultats" pour se dédouaner du naufrage de son équipe. Avec une lecture du match toute personnelle : "Ce qu'ils ont fait en première période, nous l'avons fait dans la deuxième. Nous avons dominé et, quand ils se sont sentis en danger, ils ont changé Agüero et Sterling et ont tenté de retrouver le contrôle du match, et c'est là qu'ils ont marqué le deuxième but. Pour moi, ce résultat, c'est une imposture." Notamment parce que selon celui qui a lancé sa légende à Porto, les hommes de Manuel Pellegrini "n'ont fait qu'envoyer de longs ballons". Or ce que le Portugais ne dit pas, c'est que sur les trois buts, ce sont les insuffisances de ses joueurs qui sont à pointer du doigt : cinq défenseurs londoniens dans l'axe de la surface incapables de contrôler le duo Agüero-Touré sur le premier but, quatre défenseurs pour deux attaquants dans la zone de retombée du ballon sur le second, sept autres défenseurs face à cinq Mancuniens sur…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant