Mourad Boudjellal "allume" Robert Ménard

le
1
Le président du RCT, Mourad Boudjellal, ne mâche pas ses mots sur Ménard.
Le président du RCT, Mourad Boudjellal, ne mâche pas ses mots sur Ménard.

"Même à Groland, ils n'auraient pas pensé à une telle idée." Dans une interview au Figaro, le président du récent champion de France et d'Europe de rugby ironise sur l'ancien président de Reporters sans frontières. Depuis son élection - avec le soutien du Front national - à la mairie de Béziers, celui-ci est visé par l'entrepreneur. Sur le fond d'un match amical entre Béziers et Toulon, les deux hommes se renvoient la balle depuis les élections municipales. D'abord prévue à Béziers, la rencontre a été déplacée à l'initiative de Boudjellal sitôt Ménard élu. Fixé ensuite à Toulon, le match a de nouveau été annulé. À cause de pressions opérées par le nouveau maire, soutient le patron du RCT qui explique que la mairie de Béziers subventionne l'ASBH et aurait insisté pour que les Biterrois ne se rendent pas au stade Mayol. "Je ne suis pas le président du club de rugby, rétorque Ménard, avant de lancer une pique à son tour. Je félicite le club de ne pas aller à Toulon. Car là-bas, il y a un président de club qui mêle sport et politique." "Il en arrive à choquer Marine Le Pen"Déçu par l'annulation de la rencontre, Mourad Boudjellal confie au Figaro qu'il "aurait voulu que les Biterrois puissent étendre leur maillot après la rencontre", en référence à l'arrêté municipal interdisant d'étendre du linge aux balcons à Béziers. Avant de dévoiler tout le mal qu'il pense de cette initiative digne de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.delan le mercredi 25 juin 2014 à 20:58

    Voila un monsieur qui ne semble pas très bien intégré, et chez qui la tolérance ne semble pas la vertu cardinale.