Moubarak ne cède pas à la pression internationale

le
0
VIDÉO - Depuis que le chef de l'État égyptien a annoncé qu'il ne quittera pas son poste avant septembre, les Occidentaux multiplient les appels à une «transition immédiate» du pouvoir.

Le discours télévisé du président égyptien mardi soir, dans lequelil a annoncé son intention de rester au pouvoir jusqu'en septembre, lui a valu mercredi un concert international d'appels à une «transition immédiate». Des appels auxquels il a choisi de rester sourd. «Ce que disent des parties étrangères sur 'une période de transition commençant immédiatement' en Egypte est refusé», a déclaré mercredi à la mi-journée le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères, estimant que cela «vise à enflammer la situation intérieure en Egypte».

C'est le président américain Barack Obama qui a réagi le premier mardi soir, en indiquant avoir dit à Hosni Moubarak qu'une transition politique pacifique et calme devait débuter «maintenant» en Égypte.

Mercredi soir, la Maison-Blanche a été encore plus véhémente, précisant qu'il était «évident» que le peuple égyptien avait besoin d'assister immédiatement à des progrès et des changement

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant