Moubarak jugé complice de la répression meurtrière en Égypte

le
0
Le rapport de la commission d'enquête égyptienne pointe la responsabilité du président déchu dans les violences perpétrées contre les manifestations anti-régime au cours desquelles 846 civils ont été tués et 6000 blessés.

Ce pourrait être la première pierre d'un éventuel procès d'Hosni Moubarak. Le juge Omar Marwane, secrétaire général d'une commission d'enquête égyptienne, a accusé mardi le président déchu de s'être rendu complice des violences meurtrières contre les manifestations anti-régime qui ont éclaté le 25 janvier au Caire. Selon le rapport de cette commission, 846 civils ont été tués et 6000 blessés dans la répression. Le bilan officiel était jusqu'ici de 380 tués.

Le rapport de la commission se fonde sur les déclarations de plus de 17.000 témoins et responsables, ainsi que sur 800 vidéos et photos fournies par des manifestants. Selon cette enquête, la plupart des morts ont été atteints à la tête et à la poitrine, ce qui indique que le régime a eu recours à des snipers. Le juge Marwane a affirmé qu'il s'agissait d'hommes de l'unité antiterroriste appartenant aux services de la sécurité de l'Etat, aujourd'hui dissous. «Ce qui est confirmé est que (pour ut

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant