Motorama : "Les gros transferts comme Di María et Falcao, ce n'est pas l'esprit de United".

le
0
Motorama : "Les gros transferts comme Di María et Falcao, ce n'est pas l'esprit de United".
Motorama : "Les gros transferts comme Di María et Falcao, ce n'est pas l'esprit de United".

À l'écoute de la cold-wave de Motorama, on évoque souvent Joy Division, Factory Records ou encore Manchester et ses rues brumeuses. On pourra désormais faire de même avec le foot, tant Alexander Norets, le claviériste du groupe russe, semble se passionner pour Old Trafford et les joueurs mythiques qui en ont foulé la pelouse.

Comment est née ta passion pour le foot ? Je devais avoir sept ans lorsque j'ai pris conscience de mon amour pour ce sport. Il n'y avait pas grand-chose d'autre à faire pour les enfants de mon quartier. Tout le monde jouait donc plus ou moins. Et moi aussi. Je pense même avoir passé beaucoup trop de temps sur un terrain de foot. J'aurais pu faire des choses bien plus utiles, comme suivre des cours de musique par exemple.
Tu allais régulièrement au stade à cette époque ? Avec mes potes, on allait souvent soutenir notre équipe locale, Rostselmash. Depuis, elle a changé de nom et s'appelle désormais Rostov. C'est vraiment une équipe de merde, mais elle a tout de même affronté la Juventus en 1999. C'était un match légendaire, pour lequel c'était impossible d'avoir des places. Surtout pour un jeune de quinze ans comme moi. Heureusement, un mec ivre parmi la foule nous a donné deux billets gratuits, à mon pote et moi. Un vrai miracle.
Tu te souviens du match ? Oui, bien sûr. C'était le 29 juillet à Rostov et le match se déroulait à 16h. Le stade était bondé, voire carrément surpeuplé. Beaucoup de supporters étaient debout dans les allées, même si cela était dangereux d'un point de vue sécurité. Rostselmash ne pouvait sans doute pas jouer plus mal, mais tout le monde s'en fichait. On était bien trop heureux de regarder jouer Davids, Inzaghi ou Van der Sar.
C'est quoi la situation du foot en Russie ? La Russie a toujours eu de bons clubs, avec une vraie histoire, des bons joueurs et de fervents supporters comme le Spartak, le Zénith et le CSKA. En dehors de ça, on a aussi des clubs qui ne peuvent pas payer le salaire de leurs joueurs. Tout ça dans le même championnat. Ce qui est regrettable, c'est que les joueurs russes sont toujours aussi réticents au fait d'aller jouer en Europe sous prétexte qu'ils ne gagneraient pas autant que ce qu'ils gagnent en Russie. Ça leur permettrait pourtant de progresser, contrairement à toutes ces stars des grands championnats qui viennent se perdre chez nous pour quelques millions d'euros de plus. Comme Eto'o, par exemple.
Tu n'as pas l'air de porter le championnat russe dans ton cœur Non, je ne suis pas un...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant