Motion de censure : les frondeurs dans le viseur du PS

le , mis à jour à 09:51
0
Motion de censure : les frondeurs dans le viseur du PS
Motion de censure : les frondeurs dans le viseur du PS

Faute de la signature de deux députés, les opposants de gauche à la loi Travail ont échoué à présenter leur motion de censure contre le gouvernement. Avant même de savoir si certains d'entre eux approuveront la motion de la droite, à 16 heures ce jeudi à l'Assemblée nationale, des personnalités socialistes appellent les députés frondeurs à « prendre leurs responsabilités ». Dans les médias et sur le réseau social twitter, les balles fusent. 

« Quand je vois que le Front de gauche va voter la motion de censure de la droite... », dénonce Stéphane Le Foll. « Ceux qui, membres du Parti socialiste, ont signé cette motion de censure, ont pris de très lourdes responsabilités », avertit  sur Europe 1 le porte-parole du gouvernement, qui qualifie « d'échec » leur démarche. Il reproche aux frondeurs de penser « que le seul débat qui existe serait celui au sein du PS contre le gouvernement » alors qu'ils devraient se concentrer sur la réponse de la gauche aux programmes économiques que les candidats à la primaire à droite commencent à dévoiler. Pour le ministre de l'Agriculture, l'enjeu n'est pas la loi Travail mais bel et bien la présidentielle. « La gauche est à un moment de l'histoire où ce que nous faisons doit être assumé comme une gauche nouvelle ,qui combine trois éléments majeurs, l'économie, l'écologie et le social.

Faut-il sanctionner les frondeurs ? « On peut pas toujours contester le PS et le gouvernement qui le représente et lorsqu'on se présente, le faire avec cette étiquette », estime Le Foll. Mais ce sera « aux instances dirigeantes » du parti d'en débattre et d'en décider.

«C'est allé trop loin», s'agace Jean-Marie Le Guen. Le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, invité d’ i>Télé, est lui aussi très remonté contre les frondeurs. «La question des règles collectives se pose, martèle-t-il. Je suis témoin de l'énorme exaspération des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant