Moselle : PSA annonce renforcer son usine le jour de la visite de Hollande

le
3
Moselle : PSA annonce renforcer son usine le jour de la visite de Hollande
Moselle : PSA annonce renforcer son usine le jour de la visite de Hollande

C'est ce qu'on appelle un « plan com' » calibré. Le constructeur automobile PSA a attendu que le président de la République François Hollande commence sa visite à l'usine de Trémery (Moselle) pour annoncer la création d'une nouvelle ligne de production sur le site. L'investissement de 60 millions d'euros permettra de maintenir les 3 720 emplois du site.

Menacée par le déclin des propulsions diesel dont elle est une grande spécialiste, l'usine s'est vu confier la fabrication d'un modèle de moteur à essence. Ce sont 200 000 moteurs essence 3 cylindres par an qui seront assemblés pour équiper les Peugeot 208, 308, 2008 et 3008, les Citroën C3, C4, C4 Cactus et C4 Picasso ainsi que les DS3 et DS4.

Trémery était en concurrence avec le site espagnol de Vigo, une usine de montage sans expérience de la fabrication de moteurs, mais qui bénéficie de coûts de production très concurrentiels. « Ce nouvel investissement qui concerne 300 emplois assure la pérennité du site », qui compte au total 3 720 emplois, selon l'Élysée qui veut surfer sur les bons chiffres publiés jeudi. L'Insee a annoncé que la France avait enregistré l'an dernier un déficit public équivalent à 4% de son produit intérieur brut (PIB), inférieur aux 4,4% visés par le gouvernement.

VIDEO. Avant les élections, Hollande visite une usine de PSA en Moselle

VIDEO. La satisfaction de Hollande lors de sa visite dans l'usine PSA de Trémery

« L'État a pris sa part dans le redressement de PSA »

Mercredi, les chiffres du chômage étaient repartis à la hausse avec 3,49 millions de demandeurs d'emploi fin février, soit +0,4% sur un mois, flirtant avec le record absolu atteint fin 2014. « La reprise est là », « l'industrie française se redresse », a pourtant assuré François Hollande à Trémery, soucieux d'affirmer « un rebond » dans une région lourdement touchée par la désindustrialisation à deux jours du second tour des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mira1234 le vendredi 27 mar 2015 à 14:44

    Il y a encore trop de français qui n'ont pas compris à qui ils ont à faire. Et il y en a encore qui viennent lui serrer la mains et faire un selfie.

  • lorant21 le vendredi 27 mar 2015 à 14:32

    Personne n'est dupe. les ficelles de F.Hollande sont grosses comme des cordages..

  • LeRaleur le vendredi 27 mar 2015 à 14:30

    Et avant les élections. Tout est fait pour les conserver.