Moscovici heureux de voir le stade de l'OL échapper aux "émirs"

le
1
MOSCOVICI HEUREUX DE VOIR LE STADE DE L'OL ÉCHAPPER AUX "ÉMIRS"
MOSCOVICI HEUREUX DE VOIR LE STADE DE L'OL ÉCHAPPER AUX "ÉMIRS"

LYON (Reuters) - Pierre Moscovici a salué mardi à Lyon le bouclage juridique et financier du futur Grand Stade de l'Olympique Lyonnais, un projet français de 405 millions d'euros qui échappera selon lui aux "émirs" et aux "oligarques".

"C'est un jour important pour le rayonnement de cette région, mais aussi pour l'emploi puisque 2.500 emplois, directs et indirects, découlent de ce projet", a déclaré le ministre de l'Economie lors d'une conférence de presse.

"L'Etat a joué un rôle de facilitateur, il a apporté une aide précieuse au club", a-t-il ajouté quelques jours avant la pose, mercredi, de la première pierre après six années de péripéties qui ont souvent mis le projet en péril.

Le futur stade est financé à hauteur de 260 millions sur fonds propres par l'OL, son président Jean-Michel Aulas, Vinci et Jérôme Seydoux, et pour 136,5 millions par des crédits bancaires, le solde provenant d'autres sources.

Cette enceinte sportive de 58.000 places comptera également un centre de loisirs, deux hôtels, deux immeubles de bureaux, un auditorium, des loges et un centre médical qui devraient assurer à l'OL un gain commercial compris entre 50 et 100 millions euros annuels, sur le modèle de l'Allianz Arena du Bayern de Munich.

"Ce sera un stade interactif. Nous venons de signer avec Orange et Sisco pour en faire le plus moderne en terme numérique", a expliqué Jean-Michel Aulas.

Le président de l'OL cherche encore un partenaire "naming", sponsor financier principal qui donnera son nom au Grand Stade et qui devrait être connu dans les 12 prochains mois.

Pierre Moscovici s'est félicité de voir le montage financier échapper à des investisseurs étrangers, une référence aux clubs rivaux du Paris Saint-Germain et de Monaco.

"On voit des clubs avec des émirs ou des oligarques. Il est important de se doter de structures qui résistent à ce type d'investissements", a-t-il déclaré.

Jean-Michel Aulas a assuré que le Grand Stade serait prêt pour accueillir les rencontres de l'Euro 2016 après 30 mois de travaux et espéré que le match d'ouverture s'y déroulerait.

Le sénateur-maire socialiste de Lyon, Gérard Collomb, qui finance 164 millions d'euros d'infrastructures routières et de transports en commun, estime que sa ville en tirera parti.

"Pour nous, ce stade est très important en termes d'emploi, mais aussi d'image", a-t-il expliqué. "Demain, le Grand Stade de l'OL passera sur les écrans du monde entier."

Devant l'ancien palais de la Bourse qui accueillait le lancement officiel, une quinzaine d'opposants au projet s'étaient rassemblés afin de manifester leur mécontentement. En six ans, ils ont épuisé toutes les voies de recours.

Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mardi 30 juil 2013 à 20:47

    Il n'a pas été voir sous les jupes.