Moscovici espère un accord sur l'union bancaire mardi

le
2
MOSCOVICI ESPÈRE UN ACCORD SUR L'UNION BANCAIRE MARDI
MOSCOVICI ESPÈRE UN ACCORD SUR L'UNION BANCAIRE MARDI

BRUXELLES (Reuters) - Pierre Moscovici a déclaré lundi soir avoir bon espoir de parvenir mardi à un accord sur l'union bancaire, plus particulièrement sur un mécanisme de résolution des crises bancaires, lors du conseil des ministres des Finances européens à Bruxelles.

Le ministre français de l'Économie, qui s'exprimait à l'issue d'une réunion de l'Eurogroupe, devait s'entretenir dans la soirée avec plusieurs de ses homologues, dont l'Allemand Wolfgang Schäuble, pour tenter de surmonter les divergences qui subsistent sur le mécanisme de résolution unique.

"Je m'attends à une journée longue, à des discussions complexes mais j'ai bon espoir que nous parvenions à un bon accord demain", a-t-il déclaré.

Il a cependant rappelé des positions françaises qui sont à ce stade autant de points de divergences avec l'Allemagne.

Il a ainsi réaffirmé que Paris souhaitait voir le futur fonds unique de résolution adossé, au moins pendant sa phase de montée en puissance, sur le mécanisme européen de stabilité financière (MES), créé pour affronter d'éventuelles crises financières dans la zone euro.

Le futur fonds de résolution "doit bénéficier d'un filet de sécurité financier également unique (...) et ce back stop, dans l'état de ce qui existe aujourd'hui (...), c'est ou ce doit être le mécanisme européen de stabilité", a-t-il expliqué.

C'est, selon lui, une des clefs pour protéger les budgets nationaux de l'impact d'une crise systémique. "C'est un point substantiel pour nous", a-t-il ajouté.

Or, quelques heures plus tôt, un responsable allemand expliquait que, pour Berlin, le MES ne pouvait pas être utilisé pour autre chose que ce pour quoi il a été conçu initialement : "Un ultime recours, spécifiquement si un Etat membre en fait la requête et en contrepartie de conditions appropriées."

"C'est comme ça et c'est comme ça que cela doit rester", a ajouté ce responsable.

Pour la France, la Commission européenne doit par ailleurs constituer le "pilier" du dispositif de prise de décision du mécanisme unique de résolution, a rappelé Pierre Moscovici.

Or, là encore, l'Allemagne est opposée à ce que la Commission ait le dernier mot concernant le déclenchement du mécanisme de résolution en cas de crise.

Le ministre français a également rappelé que Paris souhaitait que le champ de compétence de ce mécanisme s'étende au plus grand nombre de banques possible, alors que Berlin veut le limiter aux établissements les plus importants.

Faute de compromis mardi, Pierre Moscovici a estimé que les ministres des Finances de l'UE devraient de nouveau tenter de s'entendre avant le prochain Conseil européen des 19 et 20 décembre, "peut-être le 18", pour qu'un accord sur le mécanisme de résolution soit conclu avant la fin de l'année.

"Il est souhaitable que ce sujet soit entériné au Conseil européen mais que ce soit les ministres des Finances qui l'aient traité", a-t-il souligné.

Emmanuel Jarry, édité par Tangi Salaün

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • T20 le lundi 9 déc 2013 à 23:54

    Mécanisme de stabilité financière ??? STABILITÉ FISCALE D'ABORD ! (NON Rétroactivité)

  • T20 le lundi 9 déc 2013 à 23:51

    Qu'il nous lâche la grappe d'abord !