Moscovici assure n'avoir "aucun problème" avec Ayrault

le
3
MOSCOVICI ASSURE N'AVOIR "AUCUN PROBLÈME" AVEC AYRAULT
MOSCOVICI ASSURE N'AVOIR "AUCUN PROBLÈME" AVEC AYRAULT

BRUXELLES (Reuters) - Pierre Moscovici a dit vendredi n'avoir aucun problème avec Jean-Marc Ayrault, tout en déplorant en creux le possible remplacement du directeur général du Trésor qui aurait été annoncée au Monde par les services du Premier ministre.

Le ministre de l'Economie et des Finances n'a pas confirmé le départ de Ramon Fernandez, qui devrait, selon le quotidien, être officialisée le 11 décembre en conseil des ministres. Le Monde écrit avoir eu la confirmation par Matignon de son futur remplacement par François Villeroy de Galhau.

L'ancien directeur de cabinet de Dominique Strauss-Kahn a de nouveau démenti vendredi ce projet. "Non, non, non, c'est réglé une fois pour toutes", a-t-il dit à des journalistes.

Comme son ministre délégué au Budget, Bernard Cazeneuve, Pierre Moscovici n'a été prévenu qu'au dernier moment de l'annonce de la "remise à plat" de la fiscalité par le Premier ministre. Et il sera en Chine lundi et mardi, quand Jean-Marc Ayrault rencontrera les partenaires sociaux pour en discuter.

"Il n'y a aucun problème personnel ou de ligne politique avec ce que fait le Premier ministre. Nous avons le même but, le même souci : le redressement", a dit Pierre Moscovici à son arrivée à Bruxelles pour une réunion de l'Eurogroupe.

"Nous avons besoin d'un vrai pack gouvernemental autour du Premier ministre. Le Premier ministre lance des chantiers mais, si l'on prend le cas de la remise à plat de la fiscalité, évidemment, nous le ferons ensemble", a-t-il ajouté.

Prié de dire si l'influence de Bercy était amoindrie par ces initiatives de Matignon, il a répondu : "On a besoin d'avoir une démarche forte et ça passe par un Bercy fort."

"Ce ministère n'est pas un frein, c'est un moteur pour les réformes", a poursuivi Pierre Moscovici, en disant son soutien aux fonctionnaires de Bercy.

"J'ai aussi de l'estime pour ceux qui les dirigent et si des changements doivent être faits, ça se déroule là où ça doit se faire, c'est dans le cadre du conseil des ministres", a-t-il poursuivi, à propos des départs des directeurs du Trésor et du Budget, annoncés par le Canard enchaîné puis Le Monde.

Pierre Moscovici, qui avait été accueilli par Ramon Fernandez devant les caméras, devant les locaux du conseil des ministres de l'UE, a ajouté : "Je travaille par exemple avec le directeur général du Trésor depuis 18 mois, j'ai de l'estime pour son travail, je connais sa loyauté."

"Il a été pour beaucoup, il est pour beaucoup dans le travail que nous menons sur les questions européennes pour stabiliser la zone euro et pour faire entendre nos thèses".

"Pour le reste, il y a une enceinte pour décider des changements éventuels, ils finissent toujours par se produire, c'est le conseil des ministres", a-t-il poursuivi.

Selon Le Monde, le remplacement du directeur du Budget, Julien Dubertret, par Denis Morin, directeur de cabinet de la ministre des Affaires sociales, sera annoncé le 27 novembre en conseil des ministres.

Jean-Baptiste Vey à Paris, avec Ingrid Melander et le bureau de Bruxelles, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • quibe le mardi 26 nov 2013 à 19:53

    Au fait, combien d'emplois aurait crée François Hollandouille dans toute sa carrière ... entre l'ÉNA et l'Élysée ? Pareil pour Jean-Marc Blaireau !!! Combien de fois ont-ils rempli une fiche de paye ? payer les charges sociales ? Donner des leçons aux entrepreneurs, ça n'est pas être entrepreneur ... pour ça, il faut avoir des kouilles !!!

  • dhote le vendredi 22 nov 2013 à 19:51

    Ce n'est pas tres glorieux, par le passe il a raillé Sarko qui traitait Fillon de collaborateur alors que lui est traité comme un garçon de courses...

  • M4760237 le vendredi 22 nov 2013 à 18:38

    Z'ayrault et moscouVichy ont surtout un problème avec les Français