Moscovici appelle la Grèce à ne « pas jouer avec le FMI »

le
7
Un vendeur ambulant marche devant un drapeau grec sur lequel il est écrit : "La Grèce, on t'aime. On ne te vendra jamais". Sur la place Syntagma, au pied du Parlement grec à Athènes, le 22 novembre.
Un vendeur ambulant marche devant un drapeau grec sur lequel il est écrit : "La Grèce, on t'aime. On ne te vendra jamais". Sur la place Syntagma, au pied du Parlement grec à Athènes, le 22 novembre.

Le commisaire européen aux affaires économiques a réaffirmé sa volonté de voir l’instance internationale participer au nouveau plan d’aide à Athènes.

Le commisaire européen aux affaires économiques, Pierre Moscovici, enjoint Athènes à ne pas « jouer avec le FMI » (le Fonds monétaire inernational). Dans un entretien à paraitre jeudi 14 janvier dans le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, il réaffirme sa volonté de voir l’instance internationale participer au nouveau plan d’aide à la Grèce, ce à quoi semblent opposés de nombreux dirigeants héllènes. Pour de nombreux pays membres − et « non uniquement l’Allemagne » − la contribution du FMI est « un point décisif », selon le Français.

L’organisme, qui a aidé Athènes lors des deux précédents programmes, n’a toujours pas confirmé son engagement pour le troisième accord, conclu le 13 juillet à l’issue d’un intense bras de fer. Ce nouveau coup de pouce, qui s’élève à quelque 86 milliards d’euros répartis sur trois ans, s’accompagne de coupes drastiques dans les aides sociales grecques et astreint le pays à une feuille de route rigoureuse.

Le FMI, symbole des réformes sociales L’Allemagne, dont l’opinion publique est hostile à de nouvelles dépenses pour la Grèce, a fait de la participation du FMI une condition sine qua non du plan d’aide. Mais le premier ministre héllène, Alexis Tspipras, avait jugé en décembre la contribution de l’instance aux côtés de l’Union européenne (UE) « non nécessaire ». Il lui avait notamment reproché de se faire l’avocat des « réformes les plus dures » au sein du quartet des créanciers.

Le ministre allemand des finances, Wolfgang Schäuble, s’...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 11 mois

    Bruxelles et le FMI : les saigneurs des peuples.

  • mlemonn4 il y a 11 mois

    Quand allons nous virer ces technnocrates pantouflards de leur tour de Babel à Bruxelles ? Lorqu'ils auront mis à feu et à sac les pays européens ou en guerre car au rythme où nous allons, ils nous la préparent gentillement !

  • gerar337 il y a 11 mois

    La misère pour les Grecs et la pauvreté pour les autres européens . Moscovici sait de quoi il parle. La ruine des populations fait son bonheur socialiste mondialiste

  • indyta il y a 11 mois

    SIC....

  • olive84 il y a 11 mois

    encore une fois trahi par un gvt de gauche....

  • noterb1 il y a 11 mois

    Bon courage amis Grecs . Vos oligarques sont à l'abri , avec la bénédiction de l'Europe , mais vous avez bien encore quelque chose à vendre ! Ne croyez surtout pas que c'est terminé .

  • bupaya il y a 11 mois

    "Le commissaire" a t il été élu par le peuple????Le Rubicon va etre franchi par "le peuple" européen !