Moscou veut une enquête sur l'emploi d'armes chimiques par les insurgés à Alep

le
1
    MOSCOU, 11 novembre (Reuters) - Le ministère russe de la 
Défense a réclamé vendredi que l'Organisation pour 
l'interdiction des armes chimiques (OIAC) envoie dans l'urgence 
une mission à Alep, où des informations font état d'utilisation 
d'armes chimiques par les rebelles syriens. 
    Moscou dit détenir des éléments établissant avec une 
probabilité élevée que les insurgés ont employé des obus au gaz 
chloré et au phosphore blanc sur le quartier des "1.070 
Appartements", situé à la pointe sud-ouest de la ville et 
théâtre cette semaine d'intenses combats. 
    Le ministère précise qu'il s'appuie sur l'étude 
d'échantillons de sol, d'obus non explosés et d'éclats d'obus. 
    Le général Igor Konachenkov a ajouté que la Russie 
remettrait ces éléments à l'OIAC et a demandé que l'organisation 
internationale basée à La Haye envoie une mission d'enquête 
d'urgence à Alep, ajoutant que les forces russes, alliées au 
régime de Bachar al Assad, étaient prêtes à aider les experts de 
l'OIAC. 
    A la fin du mois dernier, l'armée syrienne a affirmé que des 
tirs de roquettes mais aussi des bombardements chimiques par les 
combattants islamistes du Front al Nosra et d'autres mouvements 
qualifiés de terroristes par Damas avaient fait 84 morts, 
essentiellement des femmes et des enfants, en trois jours. 
  
 
 (Andrew Osborn; Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 4 semaines

    Facile : interroger sœur Marie-Agnès, religieuse chrétienne à Alep qui a dénoncé un coup monté par les USA, les terroristes (ceux "qui font du bon boulot en Syrie") et la Turquie. Le franchissement le la "ligne rouge" évoquée par Fabius pour déclencher la guerre contre Assad.