Moscou veut faire passer un gazoduc par la Corée du Nord

le
0
Séoul pose ses conditions au pipeline intercoréen dont rêve Gazprom.

Le serpent de mer intercoréen sort des eaux. Longtemps considérée comme une chimère, la construction d'un pipeline à travers la Corée du Nord pour relier les gisements gaziers de Sibérie russe à l'énergivore Corée du Sud prend tournure, en dépit des tensions persistantes le long du 38 e parallèle. «Ce n'est pas un rêve farfelu. C'est un projet où chacun sera gagnant», affirme le président sud-coréen Lee Myung-bak, qui rêve de conclure ce dossier avant la fin de son mandat en 2012.

Depuis quelques semaines, les négociations entre Gazprom, Séoul et Pyongyang progressent en vue de régler les obstacles sécuritaires et économiques à ce projet pharaonique de 1700 km de long. Après le feu vert donné par Kim Jong-il au président russe Dmitri Medvedev lors d'un sommet en Sibérie le 24 août, le géant du gaz sud-coréen Kogas s'active en coulisse pour obtenir de Moscou des garanties.

Les négociateurs sud-coréens ont mis sur la table une nouvelle propositio...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant