Moscou souhaite que Paris et Berlin fassent pression sur Kiev

le
1

(Actualisé avec porte-parole du gouvernement français) SEBASTOPOL, Crimée, 19 août (Reuters) - Moscou espère que le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel vont faire pression sur le président ukrainien Petro Porochenko pour que celui-ci mette en oeuvre le plan de paix dans l'est de l'Ukraine, a déclaré mercredi le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. Les trois dirigeants doivent se retrouver lundi prochain à Berlin pour tenter d'enrayer le regain de violences entre armée ukrainienne et séparatistes prorusses dans le "Donbass". (voir ID:nL5N10T3HR ) A Paris, le porte-parole du gouvernement a évoqué devant la presse la possibilité d'"une réunion qui suivrait peut-être" celle de Berlin mais en "format Normandie", c'est-à-dire en présence du président russe, Vladimir Poutine. Selon Stéphane Le Foll, le sommet de lundi doit permettre aux dirigeants présents de se concerter afin d'être "en parfaite cohérence" sur le dossier ukrainien et de "trouver une solution politique à une situation qui s'est dégradée sur le terrain". Kiev et Moscou s'accusent mutuellement d'être à l'origine de la recrudescence des violences. "De notre point de vue, il est nécessaire de faire davantage pression sur Kiev pour convaincre (les dirigeants ukrainiens) qu'ils doivent mettre en oeuvre l'accord conclu à Minsk" en février, a déclaré Sergueï Lavrov à Sébastopol, chef-lieu de la province de Crimée annexée par la Russie l'an dernier. "Nous espérons que le 24 août (...), l'Allemagne et la France, qui sont les garants de l'application de l'accord, feront tout ce qu'il faut pour s'assurer qu'il est pleinement mis en oeuvre", a-t-il ajouté. Moscou reproche à Petro Porochenko de ne pas avoir appliqué tous les points de l'accord de Minsk, dont l'ouverture de discussions directes avec les dirigeants des républiques séparatistes autoproclamées de Donetsk et Louhansk, soutenues par la Russie. Kiev a jusqu'à présent préféré négocier par l'intermédiaire de l'ancien président ukrainien Leonid Koutchma. (Denis Diomkine, avec Elizabeth Pineau à Paris,; Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le mercredi 19 aout 2015 à 17:51

    D'abord que l'Europe se dégage de la stratégie de l'OTAN.