Moscou se dit prêt à user de son influence auprès de Damas

le
0
 (Actualisé avec bilan et point sur les combats) 
    MOSCOU/BEYROUTH, 16 septembre (Reuters) - Le Kremlin s'est 
dit prêt vendredi à user de son influence auprès du régime 
syrien et de son armée pour que l'accord de cessez-le-feu entré 
en vigueur lundi s'applique pleinement, alors que l'aide 
humanitaire est toujours bloquée. 
    Parallèlement, la Russie dit espérer que les Etats-Unis 
feront de même auprès des rebelles, qu'elle accuse d'être les 
seuls à violer la trêve. 
    Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe, a 
néanmoins estimé lors d'un point de presse téléphonique que le 
processus de cessez-le-feu en Syrie progressait "en dépit de 
quelques revers". 
    Après trois jours de diminution significative des violences, 
sans aucun décès signalé, plusieurs civils ont été tués depuis 
jeudi, dont au moins trois vendredi dans un bombardement aérien 
qui a également fait 13 blessés dans la province d'Idlib tenue 
par les insurgés, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de 
l'homme (OSDH). 
    La Défense civile syrienne, une organisation de bénévoles 
qui assure les premiers secours dans les zones rebelles, a 
indiqué de son côté qu'un de ses bâtiments avait été bombardé 
dans la nuit. 
    De violents combats ont par ailleurs éclaté vendredi matin 
dans les faubourgs Est de Damas, dont les habitants ont été 
réveillés par une forte explosion tandis que des obus sont 
tombés à proximité de la porte orientale de la Vieille Ville 
sous contrôle gouvernemental, selon un témoin. 
    Dans la province d'Idlib, des insurgés ont aussi tiré en 
direction des villages chiites d'Al Foua et Kefraya, a indiqué 
l'OSDH.  
    Les deux villages font partie des zones assiégées qui 
doivent bénéficier de l'aide humanitaire de l'Onu, au même titre 
que les quartiers insurgés d'Alep. 
    Pour obtenir des garanties que ce sera le cas, des centaines 
d'habitants de deux autres villages chiites, Noubol et Zahra, au 
nord-ouest d'Alep, ont pris vendredi la direction de la route 
Castello, l'artère par laquelle l'aide est supposée arriver à 
Alep lorsque le feu vert sera donné, pour bloquer un éventuel 
convoi humanitaire, a indiqué l'OSDH.                   
    Selon la Russie et l'OSDH, l'armée syrienne a commencé jeudi 
à se retirer de la route Castello. Mais les insurgés présents 
dans la grande ville du nord de la Syrie ont dit ne rien avoir 
vu de tel.    
    Vendredi, le ministère russe de la Défense a répété que 
l'armée de Damas était disposée à se retirer des abords de la 
route "simultanément" avec les rebelles, selon les agences de 
presse russes. 
 
 (Dmitry Solovyov et Lisa Barrington; Henri-Pierre André et 
Tangi Salaün pour le service français, édité par Jean-Philippe 
Lefief) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant