Moscou privilégie la « stabilité » avec Paris

le
0
Hasard du calendrier, Vladimir Poutine reprend possession du Kremlin ce lundi.

De notre correspondant à Moscou

Le Kremlin accueille sans enthousiasme, ni regrets excessifs, la victoire de François Hollande. L'arrivée d'un socialiste à l'Élysée, perçu comme un digne héritier de François Mitterrand, a de quoi bousculer les habitudes de Moscou qui, depuis près de vingt ans, s'était largement accoutumé à un pouvoir de droite.

Hasard du calendrier, Vladimir Poutine sera officiellement investi ce lundi président de la Fédération russe. Or il n'a pas oublié le peu d'empressement avec lequel François Hollande avait «pris acte» de sa victoire controversée, le 4 mars dernier. Et le pouvoir russe s'attend, non sans appréhensions, à ce que le nouveau président français cherche, davantage que son prédécesseur, à «stimuler les changements démocratiques» en Russie.

Pour autant, une révolution diplomatique est exclue. Héritées du gaullisme, «nos relations ont toujours revêtu un caractère stable», se félicite le président de la commission

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant