Moscou ne peut soutenir unilatéralement Bachar al Assad-Hollande

le
0
    PARIS, 19 février (Reuters) - La Russie ne s'en sortira pas 
en soutenant unilatéralement le président syrien Bachar al 
Assad, a dit vendredi François Hollande, reprochant à Moscou de 
"ne pas frapper au bon endroit" en Syrie.  
    Le président français a justifié l'intervention militaire 
menée par la France contre Daech en Syrie et en Irak par la 
"menace réelle" d'attentats en France et en Europe.  
    "La pression doit s'exercer sur Moscou pour qu'il y ait des 
négociations", a-t-il déclaré sur France Inter. "La Russie ne 
s'en sortira pas en soutenant unilatéralement Bachar al Assad."  
    La France souhaite le départ du président syrien, soutenu 
par Moscou et Téhéran.   
    François Hollande a expliqué avoir dit aux autorités russes 
"'Vous ne frappez pas au bon endroit et vous frappez des 
populations civiles, ce qui est inacceptable'."  
    "Je ne veux pas écarter la Russie de la solution", a-t-il 
toutefois rappelé.  
     S'agissant des risques d'attentats en Europe, le président 
français a évoqué une "menace élevée", notamment nourrie par la 
présence de groupes installés en Syrie.  
    "Oui, la menace, elle existe", a-t-il insisté. "Je ne veux 
pas utiliser cette menace pour créer une sentiment d'effroi mais 
je ne peux pas non plus la sous-estimer ni la nier."  
 
 (Elizabeth Pineau, édité par Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant