Moscou hésite à se réjouir de la nouvelle donne en Géorgie

le
0
Accusé par ses adversaires à Tbilissi d'être le «candidat de Moscou», le vainqueur des législatives, Bidzina Ivanichvili, ne rassure pas totalement le Kremlin.

De notre correspondant à Moscou

Moscou réagit avec une prudence de Sioux à l'annonce d'une possible victoire du parti d'opposition, le Rêve géorgien. Alors que l'incertitude demeure sur la future composition du Parlement géorgien, la présidente du Conseil de la fédération russe (chambre haute), Valentina Matvienko, a simplement rappelé «l'intérêt» manifesté par la Russie pour «l'amélioration des relations avec le peuple géorgien».

Extrêmement discret lors de la campagne électorale, le Kremlin ne pourrait que se réjouir d'un départ de Mikhaïl Saakachvili de la scène politique. Aux yeux de Moscou, le héros de la révolution d'indépendance porte l'entière responsabilité de la guerre éclair de l'été 2008. Signe de l'animosité persistante, l'Union géorgienne en Russie, organisation de la diaspora (pro-russe), appelait, mardi matin, au départ de l'actuel président. «S'il ne comprend pas qu'il doit quitter le pouvoir, on le lui fera comprendre», déclarai

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant