Moscou hésite à construire ses Mistral

le
0
La fabrication de deux navires de guerre français sur le sol russe, considérée comme acquise en 2011, aurait du plomb dans l'aile.

Qu'il s'agisse, selon l'agence Ria-Novosti, d'un simple «ajournement » ou, comme l'annonce le quotidien Vedomosti, d'une «renonciation», la construction en Russie de deux navires de guerre français Mistral semble avoir du plomb dans l'aile.

Lorsque, en juin 2011, Paris et Moscou ont signé à Saint-Pétersbourg un contrat de 1,2 milliard d'euros pour la vente de deux BPC (Bâtiment de projection et de commandement) devant être construits dans les chantiers navals de Saint-Nazaire, l'option de deux navires supplémentaires fabriqués en Russie semblait quasiment acquise. Mais depuis, certaines choses ont changé. Pas en France, où le nouveau président, François Hollande, a assuré qu'il honorerait cette vente controversée décidée par son prédécesseur. Mais en Russie, où le ministre de la Défense, Anatoli Serdioukov, a brusquement été ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant