Moscou fête le «retour au port» de la Crimée et de Sébastopol

le
0
Moscou fête le «retour au port» de la Crimée et de Sébastopol
Moscou fête le «retour au port» de la Crimée et de Sébastopol

Moscou, la capitale russe a comme un air de fête ce mardi 18 mars: des drapeaux tricolores  flottent partout, on chante l'hymne national à tue-tête. En Russie, en fait de célébration on parle plutôt de «meeting des vainqueurs». Pour célébrer le rattachement de la Crimée et de Sébastopol à la Fédération de Russie, plus de 100 000 personnes officiellement se sont réunies sur la place Rouge une fois le décret signé par Vladimir Poutine. Le patriotisme flotte partout. Au pied du Kremlin, une scène géante est installée, portant un c?ur tout aussi géant sur lequel on peut lire « La Crimée est dans mon c?ur !».

Des pancartes brandies à bout de bras par la foule clament : « On est ensemble ! », « Nous sommes pour Poutine ! », « La Crimée est la Russie ! ». La foule scande « Vive la Russie », « Allez, Poutine! ». Le héros du jour, Vladimir Poutine, apparaît alors sur la scène et prend le micro pour s'exprimer. «Après un difficile, long et éprouvant voyage, la Crimée et Sébastopol rentrent au port natal? en Russie !», déclare Vladimir Poutine, avant de remercier les Criméens pour leur choix de s'être réunis avec la Russie.

«Je suis certain que l'Ukraine vaincra toutes ses difficultés. Nous ne sommes pas seulement voisins, nous sommes de la même famille, et notre succès futur dépend de nous, de la Russie et de l'Ukraine. Je remercie les Criméens pour leur courage, de n'avoir pas trahi l'héroïsme de leurs ancêtres. Gloire à la Russie !» conclu le président russe

VIDEO. Le discours en russe de Vladimir Poutine sur la Place Rouge.

«Une Crimée russe, l'obsession de Poutine»

Pour la plupart des Russes, ce 18 mars restera la fête de la fierté nationale. « Je sens l'unité de la nation», explique Alexandre Novikov, un participant au meeting, joint par le Parisien.fr. « Dans la situation avec la Crimée, la Russie s'est montrée comme un pays qui défend les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant