Moscou étudie la possibilité de "déconnecter l'internet" russe en cas de guerre

le
0
Moscou étudie la possibilité de "déconnecter l'internet" russe en cas de guerre
Moscou étudie la possibilité de "déconnecter l'internet" russe en cas de guerre

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a indiqué vendredi à l'AFP que les autorités envisageaient des mesures pour protéger l'internet russe contre l'"imprévisibilité" des Occidentaux, alors qu'un quotidien de Moscou a fait état de projets de "couper" l'internet en cas de guerre."En raison de l'imprévisibilité totale des États-Unis et de l'Union européenne, nous prenons des mesures pour garantir notre sécurité", a expliqué M. Peskov interrogé sur les informations publiées par le quotidien Vedomosti.Il a ajouté que "des mesures concernant la sécurité de l'internet russe sont étudiées en permanence à différents niveaux et dans différentes administrations".Le quotidien russe Vedomosti a rapporté vendredi que le président russe Vladimir Poutine va tenir lundi une réunion du Conseil de sécurité russe pour aborder la possibilité de coupure du cyber-espace russe du World Wide Web en cas de guerre ou de situation de crise.Citant plusieurs fournisseurs d'accès, des entreprises liées à l'internet et des ONG, Vedomosti affirme que plusieurs autres réunions avec des responsables de haut niveau vont se tenir pour aborder le "fonctionnement d'un segment russe de l'internet en cas de situations d'urgence".Les autorités envisagent ainsi d'adopter des mesures "renforçant la souveraineté du segment russe du World Wide Web", ce qui comprend le pouvoir de couper le pays du réseau mondial en cas d'urgence, indique le journal.Interrogé sur l'intention des autorités russes de "couper" internet dans le pays, M. Peskov a affirmé que Moscou était "prêt à toutes les situations", mais qu'il ne s'agissait pas de "déconnecter la Russie".Un employé d'un grand fournisseur d'accès a expliqué à Vedomosti que Moscou voulait simplement se protéger en cas de sanctions supplémentaires de l'Occident qui pourraient affecter l'internet."Il ne s'agit pas de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant