Moscou et Kiev travaillent à un cessez-le-feu en Ukraine

le
2
MOSCOU ET KIEV TRAVAILLENT À UN CESSEZ-LE-FEU EN UKRAINE
MOSCOU ET KIEV TRAVAILLENT À UN CESSEZ-LE-FEU EN UKRAINE

PARIS (Reuters) - Vladimir Poutine et Petro Porochenko sont convenus de travailler à un cessez-le-feu entre l'armée ukranienne et les séparatistes dans l'est de l'Ukraine et ont accepté le principe d'un mécanisme effectif de contrôle de la frontière russo-ukrainienne, a annoncé lundi l'Elysée dans un communiqué.

Cette annonce a été faite après un entretien téléphonique à quatre incluant les présidents russe et ukrainien, François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel. Les mêmes dirigeants s'étaient déjà longuement parlé mercredi et dimanche.

A l'issue d'une conversation téléphonique d'une heure trente environ, "le président ukrainien et le président russe sont convenus de travailler sur les points suivants : adoption d'un accord sur un cessez-le-feu bilatéral entre les autorités ukrainiennes et les séparatistes", peut-on lire dans le communiqué de la présidence française.

La trêve en vigueur depuis le 20 juin dans l'est de l'Ukraine doit prendre fin ce lundi soir, après avoir été prolongée de trois jours par le président ukrainien.

Vladimir Poutine a insisté pendant la conférence téléphonique pour que le cessez-le-feu soit à nouveau prolongé, a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

"Les dirigeants se sont prononcés en faveur d'un troisième cycle de consultations entre Kiev et les régions du sud-est (de l'Ukraine) le plus rapidement possible", lit-on dans le communiqué russe.

Selon la présidence française, Vladimir Poutine et Petro Porochenko ont de fait accepté de lancer des négociations "tripartites substantielles" impliquant pro-séparatistes, autorités ukrainiennes et Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

L'Elysée annonce une réunion, ce lundi, du groupe de contact "pour trouver un accord sur la mise en oeuvre de ces différents points". Les ministres des Affaires étrangères russe et ukrainien s'y joindront "dans la journée".

(Elizabeth Pineau, avec Gabriela Baczynska à Moscou, édité par Yves Clarisse et Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8925519 le lundi 30 juin 2014 à 21:35

    Et puis, l'autre voleur de poules...il faudrait qu'il songe à rendre la Crimée, non ?

  • ZvR le lundi 30 juin 2014 à 19:14

    près de 15000 réfugiés par jour qui partent en russie. Le nettoyage ethnique avance tranquilement, d'ici la fin de l'année ce sera terminé. En plus le gouvernemnt ukrainien n'aura pas à payer les expropriations pour pour lancer le fracking dans le dombass.