Moscou entretient son influence historique sur le régime d'Assad

le
0
Quitte à dégrader son image dans les opinions publiques, Moscou a maintenu ses livraisons d'armes à Damas, tout au long de la révolte.

«Regardez une carte, lançait il y a quelques mois un diplomate russe de haut rang. Nous avons perdu l'Irak en 2003. Que nous reste-t-il dans le monde arabe? L'Algérie et la Syrie.» Ce n'est donc pas demain que Moscou devrait lâcher son allié Bachar el-Assad, sous la menace de frappes militaires américaines.

Protection des minorités, notamment chrétiennes, attachement à la laïcité du régime, les vecteurs d'influence russe en Syrie sont nombreux. Mais le plus important d'entre eux est l'appui fourni à l'armée depuis le début des années 1950, celle-là même qui réprime l'opposition depuis deux ans. «Des générations d'officiers syriens ont été formées par Moscou, ils parlent russe et pas français», se rappelle un ancien attaché de la défense à Damas. Une armée syrienne dans laquelle la pénétration occidentale est de ce fait tr...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant