Moscou : émeutes anti-immigrés après un meurtre non élucidé

le
0
Moscou : émeutes anti-immigrés après un meurtre non élucidé
Moscou : émeutes anti-immigrés après un meurtre non élucidé

Quelque 380 personnes ont été interpellées et cinq policiers blessés dimanche soir à Moscou après des émeutes anti-immigrés. Des milliers de personnes, jeunes pour la plupart, ont pris part à ces troubles après le meurtre d'un Russe par un homme d'origine "non slave". Les émeutiers, parmi lesquels des nationalistes radicaux, ont enfoncé les portes du centre commercial Biriouza, dans le quartier de Biriouliovo, frappé des membres de la sécurité et brisé des vitres et devantures, avant de tenter d'incendier le bâtiment, selon la radio Echo de Moscou. La foule a ensuite enfoncé les portes d'un entrepôt de légumes voisin où travaillent de nombreux immigrés que les habitants accusent d'être responsables du taux de criminalité très élevé dans ce secteur.

«La Russie aux Russes», scandaient les protestataires qui ont brulé et renversé quelques voitures. Dix autocars des forces spéciales de la police avaient été dépêchés sur les lieux, selon la radio Echo de Moscou. La police moscovite a annoncé l'ouverture d'une enquête pour "hooliganisme". Les mesures de sécurité ont été renforcées dimanche soir dans toute la capitale, notamment dans le centre-ville. «Des patrouilles de police supplémentaires ont été envoyées sur les places centrales de Moscou, notamment la place du Manège (située à deux pas du Kremlin, ndlr), les gares et les sorties du métro», a indiqué un porte-parole de la police locale, citée par l'agence publique ITAR-TASS. Pour sa part, la Fédération des immigrés en Russie a appelé les étrangers à ne pas sortir dans les rues de Moscou dimanche, en les mettant en garde contre des "attaques" éventuelles de la part de "nationalistes agressifs".

VIDEO. Emeutes anti-immigrés à Moscou : des centaines de personnes interpellées

Un million de roubles de récompense

Quelque 200 personnes s'étaient réunies près du centre Biriouza, avant que le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant