Moscou dit permettre l'évacuation d'Alep-Est, l'Onu y renonce

le
0
    MOSCOU/BEYROUTH, 25 octobre (Reuters) - Les six corridors 
humanitaires destinés à permettre le départ des habitants des 
quartiers d'Alep contrôlés par les rebelles sont toujours 
ouverts, a affirmé mardi le ministère russe de la Défense, selon 
lequel aucun avion russe ou syrien n'a bombardé ni même survolé 
la ville depuis sept jours. 
    L'Onu a annoncé de son côté qu'elle renonçait à ses plans 
d'évacuation des civils en reprochant à toutes les parties au 
conflit d'avoir fait obstacle à un accord. 
    "Les évacuations ont été empêchées par divers facteurs, dont 
les délais avec lesquels les autorités (rebelles) d'Alep-Est ont 
donné les feux verts nécessaires, les conditions posées par les 
groupes armés non étatiques et les objections du gouvernement 
syrien à l'acheminement d'aide médicale et humanitaire dans la 
partie orientale de la ville", déclare le sous-secrétaire 
général pour les Affaires humanitaires de l'Onu, Stephen 
O'Brien, dans un communiqué. 
    Moscou avait annoncé une "pause humanitaire" de quelques 
heures pour jeudi dernier à Alep mais a dans les faits suspendu 
ses bombardements pendant trois jours en appelant les insurgés 
et les civils à saisir cette opportunité pour quitter la ville. 
    Un tel départ ne s'est pas produit et les combats, y compris 
les raids aériens, ont repris de plus belle ce week-end. 
    D'après le ministère russe de la Défense, 48 femmes et 
enfants ont cependant fui la ville lundi soir "avec l'aide de la 
Russie". 
    La population d'Alep-Est est estimée à environ 250.000 
personnes et l'Onu, qui n'a plus aucun accès aux quartiers 
insurgés depuis que les forces pro-gouvernementales ont achevé 
leur encerclement en juillet, a indiqué qu'aucun civil n'avait 
pu être évacué de la ville ces derniers jours. 
    Dans son communiqué, Stephen O'Brien dit son "indignation" 
face à la façon dont "les civils vulnérables, les malades, les 
blessés, les enfants et les personnes âgées (...) restent à la 
merci des parties au conflit qui ont constamment et de façon 
éhontée refusé de les faire passer avant leurs petits intérêts 
politiques et militaires". 
     
 
 (Maria Kiselyova à Moscou et Lisa Barrington à Beyrouth; Tangi 
Salaün pour le service français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant