Moscou dit à Assad de ne pas entraver le projet de cessez-le-feu

le
0
    par Alexander Winning et Christian Lowe 
    MOSCOU, 18 février (Reuters) - Le président syrien Bachar al 
Assad était en décalage avec les positions de la Russie, son 
grand allié, quand il a dit qu'il prévoyait de combattre 
jusqu'au rétablissement de son contrôle sur toute la Syrie, a 
fait savoir jeudi l'ambassadeur de Russie aux Nations unies. 
    Dans ce qui paraît être le premier signe de fissure dans 
l'alliance entre Moscou et Damas, Vitali Tchourkine a déclaré 
dans un entretien au journal Komersant que son pays, en 
intervenant militairement en Syrie, avait aidé le président 
Assad à renverser la vapeur dans la guerre civile qui dure 
depuis près de cinq ans et que c'était désormais à lui de suivre 
la ligne russe et de s'engager dans des négociations de paix. 
    La Russie, a précisé Vitali Tchourkine, travaille à un 
accord de paix pour la Syrie et, tenter de reprendre le contrôle 
de tout le pays, comme le président Assad l'a dit vendredi 
dernier dans un entretien à l'AFP, serait un exercice futile qui 
ferait traîner la guerre en longueur indéfiniment.   
    "La Russie a investi très sérieusement dans cette crise, 
politiquement, diplomatiquement et maintenant aussi dans un sens 
militaire", a déclaré l'ambassadeur à Kommersant. 
    "C'est pourquoi, naturellement, nous aimerions que Bachar al 
Assad en tienne compte", a-t-il ajouté. 
    Bachar al Assad a déclaré lundi soir qu'un cessez-le-feu ne 
signifiait pas que chaque partie impliquée dans le conflit 
syrien aurait à stopper l'usage des armes.   
    "J'ai entendu les propos du président Assad à la télévision 
(...) Naturellement, ils ne sont pas en résonance avec les 
efforts diplomatiques entrepris par la Russie (...). Les 
discussions portent sur un cessez-le-feu, une cessation des 
hostilités pour l'avenir prévisible. On y travaille". 
    "Si les autorités syriennes (...) suivent la Russie dans la 
résolution de cette crise, alors elles auront une chance d'en 
sortir dignement", a déclaré l'ambassadeur. "(...) Parce que, 
quelles que soient les capacités de l'armée syrienne, ce sont 
les opérations efficaces de l'armée russe qui lui ont permis de 
repousser ses opposants de Damas." 
 
 (Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant