Moscou dénonce une "punition collective" contre les Criméens

le
0

(Actualisé avec Poutine, § 4-5) MOSCOU, 20 décembre (Reuters) - La Russie a dénoncé samedi les nouvelles sanctions prises par l'Union européenne et les Etats-Unis contre la Crimée, y voyant une "punition collective" contre les électeurs qui se sont prononcés en mars par référendum en faveur de l'annexion de leur territoire à la Russie. "En imposant de nouvelles sanctions unilatérales à la république de Crimée et à la ville de Sébastopol, l'Occident apporte la preuve directe qu'il admet que la décision des Criméens de rejoindre la Russie a été unanime et volontaire, c'est pour cela qu'ils ont choisi une punition qui soit collective", analyse le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. "Il est triste de voir des pays qui se définissent eux-mêmes comme démocratiques avoir recours à de telles méthodes au XXIe siècle", poursuit-il. Cité par la chaîne Rossiya 24, Vladimir Poutine a souligné pour sa part que "nul ne pourra(it) réussir à intimider, dissuader ou isoler la Russie". Certains, a-t-il ajouté, veulent que la Russie "paie chèrement son soutien indépendant à nos compatriotes et à la Crimée, voire le simple fait que nous existons". L'Union européenne comme les Etats-Unis ont annoncé cette semaine un renforcement des sanctions contre la Crimée, limitant les investissements et visant notamment l'industrie pétrolière et le tourisme. L'Ukraine et les Occidentaux jugent que le référendum par lequel 97% des votants ont soutenu le rattachement de la Crimée à la Fédération russe n'était pas légal. (Vladimir Soldatkin; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant