Moscou confirme la vente de missiles S-300 à l'Iran

le
0
Moscou confirme la vente de missiles S-300 à l'Iran
Moscou confirme la vente de missiles S-300 à l'Iran

La vente a été conclue mais la livraison pourrait se faire attendre. Moscou a confirmé mardi la fin des négociations sur les batteries anti-aériennes S-300 à l'Iran, un équivalent des Patriot américains capable d'abattre avions et missiles. Toutefois aucune date de livraison n'a été avancée,  comme l'avait laissé entendre Téhéran la veille.

«La décision de livrer des batteries anti-missile S-300 à l'Iran est prise, mais la mise en œuvre de ce projet demande un certain temps. De ce que je comprends, le moment de la livraison n'est pas encore venu», a déclaré à l'agence Interfax Evgueni Loukianov, secrétaire adjoint du Conseil de sécurité russe. «Les collègues qui s'occupent de ce sujet sont en train de mettre les choses au point, conformément au contrat. Je ne peux rien dire à propos des délais» de livraison, a abondé le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

Son homologue iranien Hossein Amir Abdollahian avait pourtant annoncé lundi après une visite à Moscou que la livraison des S-300 par la Russie devait intervenir «dans un délai assez bref». «Ce sera fait à la première occasion possible», avait-il affirmé après avoir rencontré son homologue russe, Mikhaïl Bogdanov.

Jusqu'à présent, Téhéran évoquait l'horizon fin 2015 pour la réception des missiles russes S-300, dont la vente, interdite en 2010 par l'ancien président russe Dmitri Medvedev, a été à nouveau autorisée en avril par Vladimir Poutine. Cette décision a déplu aux Occidentaux, Washington estimant que ces ventes «n'aident en rien» la conclusion d'un accord final avec l'Iran sur son programme nucléaire tandis qu'Israël exprimait la crainte que cela «renforce l'agressivité» de Téhéran. L'Etat hébreu craint que ces missiles tombent entre les mains du mouvement chiite libanais Hezbollah, allié du régime syrien de Bachar al-Assad.

De son côté, Moscou juge que l'accord-cadre sur le nucléaire signé le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant