Moscou commet de graves violations des droits de l'homme en Crimée-Onu

le
2
    GENEVE, 25 septembre (Reuters) - La Russie commet de 
"graves" atteintes aux droits de l'homme en Crimée, conclut 
l'Onu dans un rapport rendu public lundi. 
    "De graves violations des droits de l'homme, dont des 
arrestations arbitraires, des détentions, des disparitions, des 
mauvais traitements et des cas de torture, ainsi qu'au moins une 
exécution en dehors de tout cadre judiciaire, ont été recensés", 
peut-on y lire.  
    Des détenus ont en outre été acheminés de Crimée en Russie, 
ce qui est contraire au droit international, ajoutent les 
auteurs.  
    Moscou a annexé la Crimée, jusqu'alors ukrainienne, en mars 
2014. Tous les habitants sont alors devenus russes, sauf ceux 
qui s'y sont opposés par écrit.  
    "Imposer une nationalité aux habitants d'un territoire 
occupé équivaut à les contraindre de prêter allégeance à un 
pouvoir qu'ils peuvent juger hostile, ce que les Conventions de 
Genève interdisent", souligne Zeid Ra'ad al Hussein, haut 
commissaire de l'Onu aux droits de l'homme, dans un communiqué.  
    En mai 2015, 100.000 personnes, soit 4% de la population de 
Crimée, n'avaient pas la nationalité russe, selon un responsable 
russe cité dans le rapport. 
    Le document souligne que les opposants au référendum qui a 
validé l'annexion en mars 2014 ont été la cible de lois contre 
le terrorisme, l'extrémisme et le séparatisme. Certains ont été 
internés de force dans des hôpitaux psychiatriques, dit l'Onu. 
    L'éducation en langue ukrainienne a quasiment disparu et 
Moscou a interdit le Mejlis, un organe représentant les Tatars 
de Crimée, dont les membres font l'objet d'actes d'intimidation, 
de perquisitions et d'arrestations.  
 
 (Tom Miles; Eric Faye et Jean-Philippe Lefief pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a 3 mois

    On a osé écrire : ""Imposer une nationalité aux habitants d'un territoire occupé équivaut à les contraindre de prêter allégeance à un pouvoir qu'ils peuvent juger hostile, ce que les Conventions de Genève interdisent". Pas une fois on ne fait mention que les Criméens ont voté à 95% et avec enthousiasme leur réintégration dans la mère patrie. Et tout le reste est à l'avenant !

  • delapor4 il y a 3 mois

    Le mensonge est consubstantiel des dirigeants et des médiats dans l'Occident contemporain. C'est bien triste.