Moscou appelle la Crimée à libérer le chef de la marine ukrainienne

le
0
Moscou appelle la Crimée à libérer le chef de la marine ukrainienne
Moscou appelle la Crimée à libérer le chef de la marine ukrainienne

La Russie assume son rapprochement avec la Crimée, n'en déplaise à la communauté internationale. Désormais, place aux concret : le président Vladimir Poutine a décidé de construire un pont entre son territoire et la péninsule de Crimée. Dans le même temps, les forces russes, qui ont occupé ce mercredi matin le quartier général de la marine ukrainienne à Sébastopol, ont pris ensuite le contrôle de la base ukrainienne à Novoozerne, dans l'ouest de la Crimée.

En guise de réponse, L'Ukraine a décidé d'introduire les visas pour les Russes, a annoncé mercredi le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense, Andriï Paroubiï. Jusqu'ici, les ressortissants russes en étaient en effet exemptés.

Après l'occupation mercredi matin du quartier général de la marine ukrainienne à Sébastopol, les forces russes ont pris ensuite le contrôle de la base ukrainienne à Novoozerne, dans l'ouest de la Crimée. Quelque cinquante militaires ukrainiens ont quitté la base, sous la surveillance de soldats russes, tandis que des miliciens pro-russes hissaient le drapeau russe.

Le commandant adjoint de la base a déclaré par téléphone que les hommes des milices pro-russes sont entrés les premiers, précédés par un groupe de femmes et d'enfants. Les soldats russes sont arrivés derrière eux. Les soldats ukrainiens, bien qu'armés, n'ont pas opposé de résistance, a-t-il ajouté, et «personne n'a souffert». Des militaires ukrainiens sont restés sur le terrain de la base et certains d'entre eux, en collaboration avec des soldats russes, gardent maintenant le dépôt d'armes de l'unité, a encore indiqué l'officier.

L'Ukraine donne 3 heures à la Crimée pour libérer le commandant Gaïdouk

En occupant plus tôt le quartier général des forces navales ukrainiennes à Sébastopol, les milices pro-russes se sont saisies du chef de la marine, Serguiï Gaïdouk. Une agence locale, Kryminform, reprise par plusieurs médias ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant