Mory Ducros : menace sur l'offre de reprise

le
0
Mory Ducros : menace sur l'offre de reprise
Mory Ducros : menace sur l'offre de reprise

Le nombre de salariés conservés chez Mory Ducros pourrait passer d'un peu moins de la moitié à zéro. Mardi après-midi, Arcole Industries menace à nouveau de retirer son offre de reprise, alors que plusieurs agences du transporteur sont perturbées par des actions de grève, selon la CFDT. Jeudi denier, en comité d'entreprise, l'actionnaire principal du numéro 2 français de la messagerie, en redressement judiciaire depuis novembre, a annoncé conserver 2150 postes sur un peu plus de 5000, au lieu de 1900. Une offre améliorée, censée être examinée vendredi par le tribunal de commerce de Pontoise (Val d'Oise), qui n'a pas calmé la colère des employés. Bien au contraire.

Débrayages dans une quinzaine d'agences

La fédération CFDT-Transports recensait à la mi-journée des débrayages dans une quinzaine d'agences (sur environ 85) dont dix vouées à disparaître, comme le siège de Gonesse (Val-d'Oise), les agences de Lyon-Vénissieux, Libercourt (Nord-Pas-de-Calais) ou encore Saint-Etienne-du-Rouvray près de Rouen (Seine-Maritime). «On ne va pas se contenter de faire grève, on va passer à l'action», a déclaré Nicolas Larose délégué CGT de l'agence rouennaise, qui compte 110 salariés.

Près de Saint-Etienne (Loire), la petite agence de La Ricamarie était totalement bloquée, selon un salarié du site. Outre Libercourt, trois autres agences du Nord-Pas-de-Calais, celles d'Arras, Valenciennes et Lesquin étaient bloquées mardi. «On est parti pour plusieurs jours», a prévenu un élu CFDT. Lundi, des salariés avaient fait grève sur une dizaine de sites, parfois bloqués.

Des conditions suspensives

«La situation sociale au sein de Mory Ducros s'est très sérieusement dégradée dans la journée sur quelques sites essentiels au bon déroulement de l'entreprise», avertit le président du directoire d'Arcole Industries, André Lebrun, dans un courrier adressé au ministre du Redressement productif Arnaud ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant