Morvan : au nom de la biodiversité, un commando détruit 5 ha de forêt

le , mis à jour à 21:58
0
Morvan : au nom de la biodiversité, un commando détruit 5 ha de forêt
Morvan : au nom de la biodiversité, un commando détruit 5 ha de forêt

Après les destructions de parcelles OGM, c'est au tour de la forêt : un collectif anonyme a détruit cinq hectares d'une espèce, selon lui, néfaste à la biodiversité dans le Morvan. Une action jusqu'ici inédite selon l'Office national des forêts (ONF) qui a porté plainte, tout comme la commune d'Avallon (Yonne).

Cinq hectares de plantations de jeunes douglas (un conifère) ont ainsi été détruits dans l'Yonne à la tronçonneuse pendant le week-end de Pâques dans la forêt de cette commune et la forêt domaniale Au Duc sur la commune de Quarré-les-Tombe.  «C'est un saccage inadmissible d'un bien commun, d'arbres qui avaient sept ans (et 4/5 centimètres de diamètre) pour des motifs revendiqués qui sont dérisoires» a déclaré le député-maire PS d'Avallon Jean-Yves Caullet.  Le Parc naturel régional du Morvan a également condamné lundi dans un communiqué cette «action de destruction volontaire».

Il ne s'agit pas de monoculture, selon l'ONF

L'action a été revendiquée par un collectif anonyme baptisé Léchi-Dryades qui dénonce les «monocultures de jeunes plants de douglas» qui «détruisent les sous-bois» et «acidifient les sols». Le groupe justifie son action par le fait que «celles et ceux qui décident à la place des autres n’entendent rien et ne veulent rien entendre », selon le site du quotidien «l'Yonne».

Premièrement, «l'aménagement de la forêt communale d'Avallon a fait l'objet d'un débat en conseil municipal et il a été clairement prévu de privilégier le chêne sessile et de limiter à 13% les surfaces de douglas. Il n'est donc nullement question ici de monoculture!», a répondu le président de l'ONF. Ensuite, selon lui, il y a des essences comme l'épicéa qui «qui ont beaucoup plus d'impacts sur les sols».

Enfin, si la forêt se doit d'avoir une fonction écologique et sociale récréative, elle a aussi un objectif économique, revendique Jean-Yves Caullet. Le douglas est un conifère ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant