Morten Storm, voyou, djihadiste et espion de la CIA !

le
0
Morten Storm, ici en 2013, ne ressemble guère à l'idée que l'on se fait d'un djihadiste. Il a pourtant noyauté al-Qaida au Yémen pendant six ans.
Morten Storm, ici en 2013, ne ressemble guère à l'idée que l'on se fait d'un djihadiste. Il a pourtant noyauté al-Qaida au Yémen pendant six ans.

"Une bière ?" Bien qu'avenant, l'accueil est inattendu. A fortiori de la part d'un homme qui a, des années durant, pratiqué un islam rigoriste. Il faut s'y faire, Morten Storm ne ressemble décidément pas au djihadiste qu'il a été. Contrairement à la plupart des autres Danois partis guerroyer au Proche-Orient, il n'est pas issu de l'immigration. Visage rubicond, tour de taille digne d'Obélix et sourire gourmand dont il n'est pas économe, il évoque plus un moine paillard que l'ascète fou de Dieu qu'il a pourtant été. Les chats ont, paraît-il, sept vies ; notre gaillard, lui, en a déjà vécu trois en moins de quarante ans. C'est ce parcours plus qu'atypique qu'il raconte dans l'autobiographie qu'il a publiée l'an dernier au Danemark et dont l'édition française l'amène ces jours-ci à Paris (1). Sa première existence a pour cadre une province danoise et une famille chaotique qu'il fuit en intégrant un de ces gangs de "bikers" qui prospèrent en Europe du Nord sur fond de violence et de trafics en tous genres. Quelques années plus tard, une subite quête de sens va initier un de ces cycles qui, depuis, rythment son parcours : à un engagement total succède une rupture brutale. Ayant un jour ouvert un coran, il est happé par le livre saint et l'histoire s'accélère : Morten devient Mourad, bascule dans l'islamisme pour finalement se retrouver au Yémen au sein d'Aqpa, la branche d'al-Qaida aujourd'hui considérée comme la plus dangereuse. Il...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant